Violences policières en France – De nouvelles images de l'arrestation de Théo
Publié

Violences policières en FranceDe nouvelles images de l'arrestation de Théo

Le jeune homme s'est présenté pour la première fois devant le juge d'instruction ce vendredi alors que «BFM TV» a diffusé de nouvelles images de son interpellation.

Le jeune homme grièvement blessé à l'anus lors d'une interpellation violente, le 4 février dernier, à Aulnay-sous-Bois, a déjà été entendu à plusieurs reprises par la police des polices (IGPN). Ce vendredi, Théo s'est présenté pour la première fois devant le juge d'instruction. Le Français, qui avait été grièvement blessé à l'anus par la matraque d'un gardien de la paix, est arrivé au palais de Justice de Bobigny avec des béquilles.

De nouvelles images de vidéosurveillance, que BFM TV a pu se procurer, sont à l'étude. Elles montrent que l'interpellation a duré environ neuf minutes mais ne permettent pas de déterminer si l'un des policiers a bien eu l'intention de violer Théo avec sa matraque. Dans ses premières conclusions, l'IGPN a estimé que «l'élément intentionnel pouvant caractériser le viol n'était pas établi».

Or, Théo affirme que les gardiens de la paix lui ont volontairement introduit une matraque télescopique dans l'anus, provoquant une déchirure de 10 cm. Selon le jeune homme, les quatre policiers ont rigolé en le voyant saigner et l'ont insulté, le traitant notamment de «Bamboula». Les fonctionnaires mis en cause rejettent ces accusations et évoquent un accident. Ils affirment que le pantalon de Théo a glissé et que le coup de matraque l'a blessé sans qu'il n'y ait d'intention malveillante.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion