Luxembourg – De nouvelles mesures pour compenser les prix élevés des carburants?

Publié

LuxembourgDe nouvelles mesures pour compenser les prix élevés des carburants?

LUXEMBOURG – Prudent sur les compensations aux hausses de prix de l'énergie, le gouvernement «prendra des mesures si nécessaire», indique Claude Turmes, qui préconise avant tout de nouvelles habitudes de déplacement.

par
Thomas Holzer
Les client se ruent dans les stations pour faire le plein le jour précédant une hausse des prix.

Les client se ruent dans les stations pour faire le plein le jour précédant une hausse des prix.

Vincent Lescaut

Comme les autres pays d'Europe, le Luxembourg a connu une hausse historique des prix des carburants, le diesel dépassant les 2 euros le litre, la semaine passée. Si une baisse importante a succédé à cette «surchauffe sur les marchés» dixit le ministre de l'Énergie, Claude Turmes, plusieurs pays voisins ont tout de même décidé de réagir, la France annonçant notamment une remise de 15 centimes par litre de carburant.

Des mesures que le Luxembourg «va observer avec attention», indique le ministre à L'essentiel, mais qui ne seront pas nécessairement imitées. Pour l'Écologiste, le Luxembourg dispose déjà de mécanismes efficaces avec l'indexation automatique des salaires «qui constitue une bonne compensation pour la majorité de la population». D'autant que des aides financières ont également été mises en place à destination des personnes les plus modestes, rappelle-t-il. M. Turmes cite notamment la stabilisation des prix de l'électricité ou encore l'augmentation de l'allocation de vie chère ( au moins 200 euros de plus par ménage).

«Le prix du diesel est retombé, et le coût des carburants est encore inférieur à celui de nos voisins», poursuit le ministre Déi Gréng, tout en concédant que «des mesures supplémentaires seront prises si nécessaire». Interrogé, le ministère des Finances imagine «qu'aucune décision» n'interviendra avant la tripartite qui doit réunir gouvernement, patronat et syndicat.

Le Luxembourg dépendant à 25% du gaz russe

Une baisse des taxes est-elle envisageable grâce au surplus de TVA dont a bénéficié l'État? «Les accises servent à financer l'hôpital et le système social», calme Claude Turmes. Du côté du ministère des Finances, la prudence est également de rigueur quant à la perspective de réagir avec des mesures fiscales immédiates aux fluctuations des marchés.

Claude Turmes fait la promotion des énergies renouvelables.

Editpress

Pas de précipitation donc en réponse à la volatilité des prix de l'énergie, mais une pleine conscience des enjeux de long terme quant à l'approvisionnement en énergie. Le Luxembourg est dépendant à 25% du gaz russe. C'est moins que l'Allemagne (55%), mais une coupure du robinet énergétique russe décidée à l'échelle de l'Europe ou du côté du Kremlin mettrait forcément à mal l'économie du Grand-Duché.

«Les énergies fossiles nous rendent dépendants d'une situation géopolitique et sujets à des chantages de l'étranger, comme en ce moment en Russie», pointe Claude Turmes, qui incite ceux qui le peuvent à revoir leur mode de déplacement: «Le Luxembourg a un réseau de transport public performant et surtout gratuit. C'est peut-être aussi le moment de passer à l'électrique pour ceux qui veulent changer de voiture», estime-t-il, considérant que l'électricité sera «l'énergie la plus stable» en termes de prix dans les années à venir.

Ton opinion

113 commentaires