Contre le gouvernement – Début des hostilités contre le gouvernement

Publié

Contre le gouvernementDébut des hostilités contre le gouvernement

BRUXELLES - Plus de 100 000 mécontents se sont retrouvés jeudi matin pour une des plus grosses manifestations nationales de ces dernières années en Belgique.

Des dizaines de milliers de personnes défilent jeudi dans les rues de Bruxelles pour la première grande manifestation contre les mesures d'austérité du nouveau gouvernement de droite, organisée par les syndicats, les partis de gauche et de nombreuses associations. La police prévoyait quelque 80 000 manifestants, attendus en fin de matinée sur les boulevards du centre-ville, entre la gare du Nord et la gare du Midi.

Les syndicats espèraient eux dépasser la barre symbolique des 100 000 participants. Un objectif atteint d'après les médias belges qui dénombre près de 120 000 manifestants. De nombreuses industries devaient tourner au ralenti, notamment dans la sidérurgie et aux ports d'Anvers et de Zeebruges, à la poste ou encore dans l'enseignement.

Contre le saut d'index

Cette manifestation est un prélude à la contre-offensive annoncée par les syndicats au programme de réformes économiques et sociales annoncées par Charles Michel, à la tête d'une coalition de droite inédite, avec notamment les nationalistes flamands de la N-VA. Des grèves tournantes sont prévues dans les provinces au cours des prochaines semaines, avant une grève générale, le 15 décembre, sur l'ensemble du royaume.

Les deux dernières grandes manifestations nationales menées contre l'austérité, en décembre 2011 et février 2013, avaient respectivement attiré entre 50 000 et 80 000 manifestants et entre 30 000 et 40 000 personnes. Les syndicats, mais aussi les partis socialistes et écologistes ou d'extrême gauche, dans l'opposition, dénoncent en particulier la décision de procéder à un saut d'index en 2015, qui aura pour conséquence que les salaires et les allocations sociales ne suivront pas automatiquement l'augmentation du coût de la vie comme c'est en principe le cas en Belgique.

Et contre l'âge de la retraite

L'autre grande pomme de discorde est le report de l'âge de la retraite à 67 ans à partir de 2030, contre 65 ans actuellement. Des mesures d'économie touchent par ailleurs des secteurs spécifiques comme la culture, la fonction publique ou encore la recherche scientifique. Au total, le gouvernement envisage des mesures d'assainissement à hauteur de 11 milliards d'euros sur l'ensemble de la législature.

Charles Michel, qui a prêté serment début octobre à la tête d'une coalition comprenant trois partis néerlandophones de droite, dont la N-VA, a déclaré vouloir un gouvernement «qui rassemble» et faire de l'emploi sa «première priorité». Mais «l'ensemble des mesures du gouvernement créent un cocktail potentiellement explosif», a prévenu jeudi dans le journal Le Soir Marie-Hélène Ska, secrétaire générale du premier syndicat belge, la CSC.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion