Football - Ligue des champions – Décevant face au Real, Messi est-il sur le déclin?

Publié

Football - Ligue des championsDécevant face au Real, Messi est-il sur le déclin?

L’Argentin a été l’ombre de lui-même mardi contre le Real Madrid, alors que Kylian Mbappé a été le sauveur du club parisien. La presse européenne se déchaîne.

Est-ce une passation de pouvoir? Toujours est-il que c’est Kylian Mbappé (à dr.), auteur du but décisif quelques secondes plus tôt, qui est venu réconforter un Lionel Messi dépité (à g.) à la fin du match.

Est-ce une passation de pouvoir? Toujours est-il que c’est Kylian Mbappé (à dr.), auteur du but décisif quelques secondes plus tôt, qui est venu réconforter un Lionel Messi dépité (à g.) à la fin du match.

AFP

«Il y a quelque chose de triste à le voir comme ça. En première période, dans cette position presque de milieu relayeur, l'Argentin a été disponible mais il a manqué tellement de justesse (à l'exception de sa passe pour Mbappé, 17e). Dans le un contre un, il a subi l'impact athlétique. Sa deuxième période est meilleure : il assure quelques relais efficaces. Mais il plombe son bilan par ses tentatives ratées ou contrées (53e, 75e) et ce penalty arrêté. Ce Messi-là est inquiétant».

C’est par ces mots que le quotidien sportif français L’Équipe a décrit la performance de l’Argentin Lionel Messi, qui est passé totalement à côté de son match contre le Real Madrid mardi soir, cédant la vedette à Kylian Mbappé, de onze ans son cadet et auteur du but décisif (1-0) au bout du temps additionnel. L’Équipe a attribué à Messi la note de 3 sur 10, la plus mauvaise de son équipe.

Premier penalty raté face au Real

Partout en Europe, les critiques ont fusé. Alors bien sûr, il y a les éternels optimistes, qui mettent son implication en avant, y voyant presque là son meilleur match sous ses nouvelles couleurs. Mais la réalité est tout de même bien différente: mardi soir, on a vu un Messi imprécis, parfois même emprunté à de nombreuses reprises, avec des ballons en profondeur mal dosés et des pertes de balle inhabituelles dans l'entrejeu.

Et il y a, évidemment, ce penalty arrêté par Thibaut Courtois à la 62e minute du match. En le ratant, Lionel Messi a égalé un triste record, celui du nombre de penalties manqués en Ligue des champions: 5 au total (en 23 tentatives). Il rejoint au «palmarès» un certain Thierry Henry, lui aussi auteur de cinq ratés depuis les onze mètres dans la plus grande compétition européenne.

En Italie, le Corriere dello Sport évoque le «flop Messi». En Angleterre, le Daily Telegraph se contente d’évoquer un Messi «loin de son meilleur niveau», alors que le Sun souligne le «premier penalty raté de Messi face au Real Madrid».

Sur le plateau de RMC Sport, dans l’«After Foot», Jérôme Rothen n’y est pas allé par quatre chemins: «Pour moi, c’est terrible de dire ça, mais Lionel Messi, c’est son frère qui est arrivé à Paris. Leo Messi, ce n’est plus le Leo Messi d’avant».

«Il était moins Messi»

Mais c'est évidemment en Espagne que l’on s’attarde le plus sur la contre-performance du septuple Ballon d'or. «L'Argentin est très loin de celui qui jouait pour le FC Barcelone», note El Mundo Deportivo, journal qui l’a tant adulé par le passé. Le journal poursuit: «Messi est toujours Messi, mais contre le Real Madrid, il était moins Messi. Apathique, il a donné plus de passes à ses coéquipiers que tenté sa chance dans les actions individuelles dont il avait le secret».

Un journal s’érige pourtant en défenseur de l’Argentin: l’autre quotidien catalan, Sport, qui souligne son impact dans le jeu parisien, même si on peut raisonnablement estimer que cet avis est un rien surévalué. «Il a été le moteur offensif du PSG et a servi des ballons dangereux à Mbappé, écrit Sport. Il manque peut-être de vitesse, mais conserve une touche merveilleuse».

Messi devra cependant faire plus, beaucoup plus, dans trois semaines lors du match retour à Madrid, s’il veut s’éviter une nouvelle salve de critiques. Saura-t-il rebondir? Pour beaucoup, on assiste à la chronique d’un déclin annoncé depuis son départ de Barcelone et son arrivée à Paris. Et mardi, la différence de performance entre Mbappé - 13 buts lors de ses 13 derniers matches de Ligue des champions - et Messi a été criante. Aurait-on assisté à une passation de pouvoir?

(L'essentiel/Renaud Tschoumy)

Ton opinion