Soulèvement en Egypte – Déjà 5 000 personnes au centre du Caire

Publié

Soulèvement en EgypteDéjà 5 000 personnes au centre du Caire

L'armée a estimé les revendications du peuple «légitimes» tandis que des marches de plus d'un million de personnes sont organisées dans plusieurs villes.

Plus de 5 000 personnes étaient déjà rassemblées mardi tôt dans la matinée dans le centre du Caire pour une manifestation géante contre le président égyptien Hosni Moubarak prévue dans la journée. Les manifestants lançaient des slogans comme «Dehors Moubarak», et brandissaient des affiches représentant le président pendu, ou sa photo avec la mention «ta tête va tomber».

De nombreuses personnes ont passé la nuit sur la grande place Tahrir (Libération), épicentre depuis mardi dernier des manifestations, et étaient rejointes progressivement par d'autres manifestants. Cette révolte est d'une ampleur sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir de M. Moubarak en 1981.

L'armée n'interviendra pas

Des hélicoptères survolent régulièrement le centre du Caire, et l'armée contrôle de nombreux accès au centre ville. Une manifestation géante est également attendue à Alexandrie, la deuxième ville du pays, sur la côte méditerranéenne.

L'armée égyptienne a déclaré lundi soir que les revendications du peuple étaient «légitimes» et s'est engagée à ne pas faire usage de la force contre les manifestants.

Dialogue avec l'opposition

Comme chaque jour depuis le 25 janvier, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté sans relâche toute la journée de lundi au Caire et dans plusieurs villes du pays pour réclamer le départ du chef de l'État. Le mouvement de contestation a lancé lundi un appel à la grève générale et à des «marches d'un million» de personnes mardi au Caire et à Alexandrie. Le trafic ferroviaire a été suspendu lundi, empêchant les mouvements vers la capitale.

Le vice-président Omar Souleimane a annoncé avoir été chargé par le président d'ouvrir un dialogue immédiat avec l'opposition, «autour de toutes les questions liées aux réformes constitutionnelles et législatives».

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion