Meurtre de Trayvon Martin – Déjà plus de 53 millions pour «l'arme de la honte»

Publié

Meurtre de Trayvon MartinDéjà plus de 53 millions pour «l'arme de la honte»

Le pistolet de George Zimmerman, acquitté du meurtre de Trayvon Martin en Floride, atteignait vendredi plus de 53 millions de dollars dans une vente aux enchères en ligne.

George Zimmerman, qui avait tué un jeune Afro-Américain de 17 ans, non armé, dans la soirée du 26 février 2012 à Sanford, en Floride, a décidé de revendre le «pistolet de la honte» sur le Net.

George Zimmerman, qui avait tué un jeune Afro-Américain de 17 ans, non armé, dans la soirée du 26 février 2012 à Sanford, en Floride, a décidé de revendre le «pistolet de la honte» sur le Net.

AFP

En moins de 24h, plus de 9 000 offres ont été faites après le lancement des enchères avec un prix de départ de 5 000 dollars, somme déjà bien au-dessus du prix du marché pour une arme d'occasion. À 5h10 (11h au Luxembourg), les enchères atteignaient 53 619 000 millions de dollars, enchère faite par un certain «Racist McShootface». Il était cependant difficile de vérifier le sérieux des offres, certains participant utilisant des pseudonymes et surenchérissant sur leur propre offre.

George Zimmerman, un ancien vigile de quartier en Floride avait abattu, le 26 février 2012, Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans, qui n'avait pas d'armes sur lui. En 2013, la justice avait retenu la thèse de la légitime défense et acquitté M. Zimmerman. Le drame avait ravivé les tensions raciales aux États-Unis, la famille et les amis de Trayvon Martin affirmant qu'il s'agissait d'un crime raciste.

Dans l'annonce, George Zimmerman présente le pistolet, un Kel-Tec PF-9 9 millimètres, comme «l'arme utilisée pour défendre (sa) vie et mettre fin à l'agression brutale de Trayvon Martin». C'est une «occasion d'acquérir un morceau d'histoire des États-Unis», ajoute-t-il à l'attention des potentiels acheteurs. Une partie du produit de la vente de son pistolet devrait servir à «combattre la violence (du mouvement Black Lives Matter) contre les représentants de l'ordre».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion