Après sa cure de désintoxication – Delarue attaque son tour de France

Publié

Après sa cure de désintoxicationDelarue attaque son tour de France

Le producteur-animateur, qui a promis de témoigner auprès des jeunes sur les dangers de l'addiction, entame jeudi prochain sa tournée dans un groupe scolaire privé de Quimper.

Jean-Luc Delarue, 46 ans, a été invité par l'association des parents d'élèves de l'établissement Le Likès pour témoigner lors d'un débat sur le thème «addiction: conduites à risques», a indiqué la maison de production Réservoir prod. «Jean-Luc Delarue ne fonctionne qu'à la demande», a souligné le porte-parole de Réservoir prod Arnaud Gachy.

Il a précisé que la Fondation Réservoir avait reçu, depuis sa création en novembre via son site internet quelques 500 messages dont des demandes d'intervention de l'animateur. L'association des parents d'élèves du Likès et la direction de l'établissement n'ont pas souhaité que la presse soit présente à la soirée, réservée aux parents d'élèves et aux élèves. Le débat auquel participeront également un policier de la brigade des stupéfiants et un médecin pneumologue ne fait pas l'unanimité parmi les parents d'élèves du lycée privé.

Une cinquantaine de villes

«Est-ce que Delarue est un bon exemple?», s'interroge ainsi une mère de lycéen du Lykès, tout en regrettant que «la venue d'un people pour aborder un tel sujet ne soit pas ouverte à toute la population de Quimper».

Jean-Luc Delarue a été mis en examen début janvier pour acquisition et détention de drogue par une juge d'instruction de Nanterre. Il avait été placé en garde à vue le 14 septembre dans le cadre d'une enquête sur un trafic de stupéfiants. L'affaire lui a valu d'être écarté de la présentation de son émission quotidienne, «Toute une histoire» sur France 2. L'animateur a alors suivi une cure de désintoxication en Suisse et, à sa sortie a annoncé qu'il allait se rendre dans une cinquantaine de villes en France, en Suisse et en Belgique pour alerter les jeunes sur les dangers de l'addiction aux drogues.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion