Los Angeles: Demi Lovato adopte à nouveau le pronom «elle»

Publié

Los AngelesDemi Lovato adopte à nouveau le pronom «elle»

Un an après avoir déclaré s’identifier comme non-binaire, la star se sent maintenant plus féminine.

Demi Lovato appelle à être respectueux des choix d’une personne.

Demi Lovato appelle à être respectueux des choix d’une personne.

IMAGO/ZUMA Wire

En mai 2021, Demi Lovato avait publié une vidéo sur ses réseaux sociaux dans laquelle elle expliquait s’identifier comme non-binaire et avait ensuite officiellement changé ses pronoms pour «iel». Mais dans une récente interview, la star américaine qui aura bientôt 30 ans, a révélé qu’elle avait finalement décidé «d’adopter les pronoms she/her (ndlr: elle/sa) à nouveau» pour se désigner.

Une décision qu’elle a expliqué dans le podcast «Spout». «Pour moi, je suis une personne tellement fluide que j’avais l’impression, surtout l’année dernière, que mon énergie était équilibrée entre mon énergie masculine et mon énergie féminine, de sorte que lorsque j’étais confrontée au choix d’entrer dans une salle de bains et qu’il était indiqué «femmes» et «hommes», je n’avais pas l’impression qu’il y avait une salle de bains pour moi parce que je ne me sentais pas nécessairement comme une femme, ni comme un homme. Je me sentais juste comme un humain», a-t-elle déclaré.

«Personne n’est parfait»

Pour Demi Lovato, s’identifier comme non-binaire, c’est «se sentir humain au plus profond de soi». Aujourd’hui, elle dit «se sentir plus féminine» et a donc décidé de réintroduire le pronom «elle» dans sa vie. Elle a d’ailleurs modifié sa biographie sur Instagram, où on trouve désormais les quatre pronoms: «they/them/she/her» (ndlr: «iel» et «elle»).

La star, qui se dit enfin en accord avec elle-même, a finalement rappelé qu’il fallait avant tout être respectueux des choix d’une personne. «Je pense que ce qui est important, c’est que personne n’est parfait. Tout le monde se trompe de pronoms à un moment ou à un autre, et surtout, quand les gens apprennent. C’est juste une question de respect», a-t-elle conclu.

(aze)

Ton opinion

0 commentaires