Au Luxembourg – Dès 12 ans, ils apprennent à tracer leur avenir

Publié

Au LuxembourgDès 12 ans, ils apprennent à tracer leur avenir

MONDERCANGE - Élèves et professeurs se sont donné rendez-vous, mercredi, à l'occasion de la Schoulfoire 2020. Une rencontre à la découverte de leur futur.

«Je veux être éducatrice, depuis toute petite», affirme Angelina, 12 ans, pour qui le choix de son futur métier sonne comme une évidence. En revanche, Lisa, 13 ans, hésite encore face aux mille et une possibilités professionnelles qui s'offrent à elle. Une multitude de choix qui, mal encadrée, peut en effrayer certains.

Organisée au Centre Culturel «Beim Nëssert» à Mondercange, la Schoulfoire a donc pour pari de rassurer les élèves du 4e cycle, et de les préparer au monde du travail. Il étaient plusieurs dizaines réunis, mercredi, originaires de différentes écoles du pays. «À cet âge-là, ils ne sont pas vraiment au courant des possibilités qui existent. Notre but est de les informer mais aussi de les encadrer dans cette étape», souligne Martine Berchem, directrice adjointe du Lycée privé Emile Metz.

«Des pierres précieuses qu'il faut polir»

Une passerelle essentielle entre l'école primaire et le lycée mais pour Tina, enseignante au Lycée Guillaume Kroll, il n'y a pas que le choix de l'école ou de section qui importe dans le processus. «Le développement social et les relations humaines sont primordiaux. Il est important de les encadrer, ne pas leur coller d'étiquette parce qu'ils se dirigent vers un métier manuel par exemple», souligne la professeur de français.

«Un métier se choisit en fonction des capacités, des talents de chacun. Ce sont des pierres précieuses qu’il faut polir au mieux. L'important, au final, est de se poser la question: "Qu'est-ce qui me rend heureux?"».

(sl/L'essentiel)

Ton opinion