Major Tom – Des adieux venus de l'espace pour David Bowie
Publié

Major TomDes adieux venus de l'espace pour David Bowie

Les paroles du chanteur anglais résonnaient jusque dans l'espace, où il fascinait aussi les astronautes qui ont rendu un hommage interstellaire à leur «compagnon de voyage».

«Et les étoiles ont l'air vraiment différentes aujourd'hui», a écrit la Nasa sur Twitter, reprenant les paroles de sa célèbre chanson «Space Oddity», premier succès du chanteur sorti en 1969, année des premiers pas de l'homme sur la Lune. «Repose en paix David Bowie», a poursuivi l'agence spatiale américaine, ajoutant «en hommage» au Britannique, décédé dimanche à 69 ans d'un cancer, un lien vers l'une des reprises les plus marquantes du titre: celle chantée en 2013 par l'astronaute canadien Chris Hadfield, en apesanteur, à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Premier clip jamais tourné dans l'espace, la version de l'astronaute, que l'on voit chanter devant les hublots de la station donnant sur la Terre, a depuis été visionnée plus de 27 millions de fois sur YouTube. «C'est sans doute la version la plus poignante de la chanson jamais créée», avait à l'époque déclaré David Bowie sur Facebook. Inspirée par le film de Stanley Kubrick «2001, l'Odyssée de l'espace», la chanson «Space Oddity» avait été écrite juste avant les premiers pas de l'homme sur la Lune avec une prescience qui a impressionné l'astronaute. «Lorsque je l'ai chantée et que je me suis entendu ça m'a surpris», a confié Chris Hadfield à la BBC lundi.

D'autres hommages sont arrivés du cosmos pour celui qui avait chanté les pérégrinations de l'astronaute imaginaire «Major Tom» et incarné au cinéma un extraterrestre dans «L'homme qui venait d'ailleurs» (1976). «Triste d'apprendre que David Bowie a perdu sa bataille contre le cancer - Sa musique était une inspiration pour beaucoup», a écrit sur Twitter l'astronaute britannique Tim Peake, voyageant à bord de l'ISS. Reprenant aussi des paroles de «Space Oddity», un autre occupant de la station spatiale, Scott Kelly, s'est dit «triste d'apprendre la mort du musicien David Bowie, dont l'inspiration survit loin au-dessus du monde».

«Un dialogue intérieur exprimé physiquement»

Même la sonde européenne Rosetta a salué la mémoire d'un «compagnon de voyage dans l'espace». «Repose en paix David Bowie» est-il écrit sur son compte Twitter, à côté d'un dessin montrant une sonde humanisée par un visage triste, portant le célèbre éclair rouge et bleu qui marquait le visage de David Bowie sur la pochette de l'album «Aladdin Sane». David Bowie avait récemment retrouvé le monde de l'étrange humanoïde de «L'homme qui venait d'ailleurs», en composant la musique de «Lazarus». Cette pièce, inspirée de la même histoire de science-fiction dont était tiré le film, se joue en ce moment à guichets fermés sur Broadway, à New York. L'espace, toujours, habitait aussi son dernier album «Blackstar», sorti vendredi le jour de ses 69 ans, l'étoile noire éponyme illustrant la pochette de l'album sur fond blanc.

Et pourtant l'artiste ne rêvait pas d'explorer le cosmos. Interrogé en 2002 sur la présence obsédante de vaisseaux spatiaux dans son œuvre, David Bowie avait expliqué sur la BBC: «Il s'agit d'un dialogue intérieur exprimé physiquement. C'est mon petit espace intérieur, magnifié». «Je n'imaginerais même pas d'embarquer dans un vaisseau spatial, je serais terrifié», avait ajouté le chanteur avant de conclure en riant: «Je n'ai absolument aucune envie ou ambition d'aller dans l'espace, je suis déjà effrayé d'aller jusqu'au bout du jardin».

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion