Au Luxembourg: Des agents de sécurité privés dans les bus?

Publié

Au LuxembourgDes agents de sécurité privés dans les bus?

LUXEMBOURG-VILLE – Face à ce qu'il décrit comme une vague d'agressions des chauffeurs et des usagers des bus, le syndicat LCGB a proposé des pistes.

Vincent Lescaut

Le syndicat LCGB a dénoncé mercredi «l’inacceptable insécurité galopante des chauffeurs et usagers» dans les bus. Outre l'installation de cabines prévue à partir de janvier 2023, le syndicat a réclamé des renforts de police, suggérant la création d'une unité spécialisée. Vu l'urgence de la situation, le LCGB réclame un recours à des agents de sécurité privés à l'instar du transport ferroviaire. Enfin, il évoque une réforme du droit de retrait qui à ce jour ne permet à un chauffeur de «s'éloigner de son poste de travail (...) qu'en cas de danger grave et immédiat».

«Quelles mesures prend-t-on pour les collègues d'un chauffeur agressé qui doivent travailler le lendemain dans les même conditions», insiste Paul Glouchitski du LCGB. S'il reconnait que le phénomène des agressions est européen, le secrétaire syndical souligne qu'il doit être pris en mains au Luxembourg.

Échange avec les syndicats

Sollicité par L'essentiel, le ministère de la Sécurité intérieure assure que le ministre Henri Kox reviendra vers le syndicat pour échanger sur d’éventuelles pistes relevant de ses compétences. Il rappelle également que «la police effectue régulièrement des patrouilles et des contrôles dans les transports en commun et intervient bien entendu dans les meilleurs délais quand des délits lui sont signalés. Des actions de prévention sont également effectuées plusieurs fois par an, avec l’Administration des Douanes et des Accises et les CFL».

En charge des transports publics, le ministère de la Mobilité et des Travaux publics se penche aussi actuellement sur le contenu du courrier envoyé par le LCGB.

Ton opinion

21 commentaires