Covid au Luxembourg – Des allègements bienvenus mais «illogiques»
Publié

Covid au LuxembourgDes allègements bienvenus mais «illogiques»

LUXEMBOURG – Les partis d’opposition n’hésitent pas à critiquer les allègements proposés vendredi par le gouvernement. La logique et le calendrier interrogent.

Claude Wiseler, Nathalie Oberweis, Jeff Engelen et Sven Clement ont formulé quelques critiques, à des degrés divers.

Claude Wiseler, Nathalie Oberweis, Jeff Engelen et Sven Clement ont formulé quelques critiques, à des degrés divers.

Editpress

L’annonce des assouplissements sanitaires a évidemment fait réagir l’opposition. Les partis ont apprécié l’allègement de certaines contraintes, notamment le fait que les bars et restaurants n’aient plus à fermer à 23h. Mais certaines mesures ont aussi été jugées «illogiques» ou «incohérentes». Aucune formation d’opposition n’a pour le moment décidé si elle voterait ou non le prochain texte, qui sera présenté lundi à 17h en commission Santé.

Le CSV «se pose des questions»

Claude Wiseler (CSV) estime «qu’il est logique de proposer des assouplissements vu le contexte actuel. Malgré le grand nombre d’infections, la situation reste stable dans les hôpitaux». Certaines mesures, comme la levée de la restriction sur l’horaire de l’horeca et la fin de la limitation des rassemblements, vont selon lui dans le bon sens: «C’était illogique, compliqué et incompréhensible».

En revanche, le parti chrétien-social «se pose une série de questions. «Il est étonnant que le CovidCheck au travail disparaisse avant d'être évalué. Nous aurions aimé savoir si cette mesure avait été efficace», reprend Claude Wiseler. Il s’interroge aussi sur la fin des quarantaines, qui «n'est pas un bon signe». Selon lui, cela va entraîner une sous-déclaration des infections «et donc un moins bon suivi de l’épidémie». Enfin, avec la moindre pression sur la vaccination, le président du CSV se demande «quelles sont encore les incitations».

L’ADR aurait voulu la fin des mesures

L’ADR, par la voix de Jeff Engelen, estime que la levée de certaines restrictions est «évidemment à saluer». Mais le parti «voulait la fin de toutes les restrictions pour le 1er mars». Le député regrette notamment le maintien du CovidCheck en 3G dans les établissements de l’horeca ou sur le lieu de travail, de manière optionnelle.

Jeff Engelen dénonce le fait que certains salariés «aient payé très cher pour pouvoir aller travailler et aient rencontré des problèmes pour s’organiser». Selon lui, la règle «a surtout pesé sur les personnes aux petits revenus».

Les Pirates dénoncent «une incohérence»

Le député Pirate Sven Clement «a beaucoup de mal à comprendre la logique des mesures annoncées vendredi». «Tout cela est absolument incohérent. Le régime CovidCheck 2G s'arrête alors que l'obligation vaccinale reste sur la table. Nous relâchons certaines mesures, alors que nous sommes encore dans la vague Omicron».

Concernant le volet sur le travail, il estime que le gouvernement «n’a même pas encore mesuré l’impact avant de renoncer à la contrainte». En revanche, il se réjouit que les bars et restaurants puissent ouvrir plus longtemps.

déi Lénk salue les allègements

«C'est bien que la 2G et la fermeture de l'horeca à 23h n'aient plus cours. Mais ces mesures arbitraires n'avaient de toute façon aucune raison d'être», lance la députée Nathalie Oberweis (déi Lénk). Il n’y a donc «pas de raison pour moi d’être particulièrement joyeuse».

Si elle salue «ce qui est plutôt une avancée», l’élue estime que «ces allègements ne sont «qu'une série de petits pas hésitants». «Nous avons quand même l’impression que le gouvernement annonce des choses sans qu’il y ait de véritable plan». Le parti entend d’ailleurs «rester attentif, concernant notamment le débat sur l’obligation vaccinale».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion