Emploi au Luxembourg – Des augmentations pour le secteur du nettoyage
Publié

Emploi au LuxembourgDes augmentations pour le secteur du nettoyage

LUXEMBOURG – Une nouvelle convention collective pour le secteur du nettoyage a été signée, ont annoncé lundi les parties prenantes.

Le texte sera valable pendant trois ans.

Le texte sera valable pendant trois ans.

Archives / Fabrizio Pizzolante

Après un peu plus d’un an de discussions, perturbées par la pandémie de Covid-19, la convention collective du secteur «nettoyage de bâtiment» a été renouvelée, ont annoncé lundi les acteurs concernés. Le nouveau texte, qui court jusqu’au 30 avril 2024, concerne 10 000 à 12 000 salariés. «Les négociations se sont déroulées dans un climat constructif», affirme Tun Di Bari, président de la Fédération des entreprises de nettoyage. Estelle Winter, de l’OGBL, insiste sur l’importance du piquet de grève du 11 mars.

La convention prévoit d’abord des augmentations salariales. Le taux horaire progressera de 0,5% lors de la prochaine tranche indiciaire, ou le 1er mars 2022 si l’inflation n’est pas au rendez-vous d’ici là. Une nouvelle hausse de 0,5% sera effective le 1er janvier 2024. «Nous sommes satisfaits de cette augmentation salariale, qui est toujours mieux qu’une prime», explique Estelle Winter. «Nous avons tenté d’obtenir davantage, mais il faut savoir que nous venions de loin», renchérit Bento Pires, du LCGB.

Des incertitudes sur le secteur

De son côté, Tun Di Bari estime que «vu la situation économique, l’effort est déjà important». Il insiste sur «les incertitudes du secteur» du nettoyage. «Nous ne savons pas comment les acteurs vont sortir de la crise. Des établissements comme ceux de l’horeca rouvrent tout juste, tandis que le télétravail pourrait limiter les besoins de nettoyage», craint le patron.

D’autres avantages sont prévus par la convention. Les salariés justifiant de 16 années d’ancienneté auront droit à un 27e jour de congé annuel. Ceux qui ont 26 ans d’expérience bénéficieront encore d’un jour supplémentaire. «Tous les autres avantages sont maintenus et restent garantis», précisent les syndicats. Il est d’ores et déjà établi que les prochaines négociations débuteront en mai 2023, ce qui réjouit les deux syndicats. «Dans deux ans, nous évoquerons notamment l’amplitude horaire du personnel», sait déjà Bento Pires.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion