Travaux sur la N830 – Des bouchons à perte de vue à Rodange et à Athus
Publié

Travaux sur la N830Des bouchons à perte de vue à Rodange et à Athus

RODANGE/ATHUS - La fermeture de la N830 en Belgique, juste entre le Luxembourg et la France, provoque des désagréments à Rodange et à Athus. Aucune alternative n'est possible.

Embouteillage
bouchons
travaux avenue de l'europe
Petange vers Athus

photo : Vincent Lescaut

Embouteillage
bouchons
travaux avenue de l'europe
Petange vers Athus

photo : Vincent Lescaut

Vincent Lescaut
1 / 7
10.01 Les travaux sur N830 en Belgique provoquent des bouchons importants dans les rues de Rodange.

10.01 Les travaux sur N830 en Belgique provoquent des bouchons importants dans les rues de Rodange.

Vincent Lescaut
Vincent Lescaut
Vincent Lescaut

«La cata!». Dans toutes les langues et des deux côtés de la frontière. Même si la fermeture totale de la N830 «Avenue de l'Europe» a débuté le 7 janvier 2022, et ce pour «17 jours calendaires», les premiers gros effets se sont fait sentir ce lundi 10 janvier, avec une reprise plus importante du flux frontalier entre le Luxembourg, la Belgique et la France. «Déjà, ce samedi, au lieu des cinq minutes habituelles, j'ai mis 40 minutes pour aller faire mes courses à Mont-Saint-Martin», nous indique un employé de l'administration communale de Pétange. «On savait que ce serait la catastrophe, mais pas à ce point-là. On cherche constamment une solution avec la commune d'Aubange, mais c'est très difficile... On est toujours entre deux chaises avec les travaux organisés en Belgique et on ne sait rien faire».

Côté grand-ducal ou côté belge, le son de cloche est identique. «C'est très contraignant, mais on n'a pas le choix, il faut prendre son mal en patience», souligne-t-on de manière fataliste et philosophique à l'administration communale d'Aubange. «C'est déjà arrivé et ça arrivera encore. On a l'habitude. Certains camions ont dû passer par Athus, ce lundi matin, mais rien d'exceptionnel. Tous les jours, c'est déjà compliqué avec les écoles... ça l'est encore un peu plus. Doit-on inviter les gens à prendre les transports en commun? C'est laborieux de changer les habitudes...».

«On se lève plus tôt, on revient plus tard...»

«Prendre le bus ou le train, c'est toujours facile à dire», reconnaît-on à l'administration communale de Pétange. «Dans le contexte sanitaire actuel, plus de télétravail, c'est aussi une partie de la solution pour réduire les bouchons quand il y a des travaux de cette envergure. On a très peu d'alternatives et les automobilistes doivent également prendre conscience que les travaux actuels sont réalisés pour assurer leur sécurité. On ne peut pas passer sur l'avenue de l'Europe pour éviter des accidents à proximité des ouvrages d'art. Ce n'est qu'une phase de test pour le moment...». Selon l'intercommunale belge IDELUX, de nouveaux travaux verront en effet le jour au même endroit lors du printemps et de l'été 2022 . La N830 sera alors fermée pour une durée de «60 jours calendrier».

«C'est chiant, voire très chiant», nous confirme une automobiliste française obligée de traverser Athus pour rejoindre Gorcy. «On le savait, car on a été prévenu à l'avance, mais on est tout de même un petit peu embêtés. Avec les feux de circulation dans Athus, on est tous coincés». Peu avant 15h, plus de 2 km de bouchons ont été remarqués entre le terrain de football de Pétange et le centre-ville d'Athus. Et non loin de là, des embouteillages s'étendaient sur plus de 4 km entre Lamadeleine et la frontière française en passant par la gare de Rodange. «Pour venir sur mon lieu de travail, il me faut désormais 1h45 au lieu d'une heure», déplore Mesut, originaire de Bertrix. «Si on ne passe pas la frontière avant 7h, on est bloqué partout. À Rodange, ce sont surtout les poids lourds qui bloquent la circulation activement. Il faudrait trouver une solution rapidement, car cela porte préjudice à nos chantiers». Pour Aurélien, lui aussi originaire du Centre-Ardenne, «c'est catastrophique». «On se lève plus tôt, on revient plus tard du boulot, et puis voilà... Sur un trajet, je perds au moins trente minutes en plus. On est dégoûtés, mais on n'a pas le choix, faute d'alternative».

(Frédéric Lambert / L’essentiel)

Un enfant déjà blessé à Athus

Comble de malchance, aux désagréments des embouteillages s'est d'ores et déjà ajouté un accident impliquant un enfant, ce lundi en en début d'après-midi. Selon la presse quotidienne belge, l'accident est survenu dans le centre-ville d'Athus, non loin du «Carrefour Express». L'enfant a été renversé par un camion avant d'être pris en charge par les secours. À l'hôpital d'Arlon, les médecins ont pu constater qu'il n'était pas blessé sérieusement.

Ton opinion