Polémique autour du vélo de Cancellara – «Des changements de vélo suspects»

Publié

Polémique autour du vélo de Cancellara«Des changements de vélo suspects»

Jacky Durand, un ancien coureur cycliste, a passé au peigne fin les images qui montrent les multiples changement de vélos de Fabian Cancellara lors du Tour des Flandres.

Parue sur le site eurosport.fr, une enquête de Jacky Durand, ancien vainqueur du Tour des Flandres (1992) et commentateur des courses cycliste de la chaîne sportive française, portant sur les soupçons qui pèse sur Cancellara, apporte des nouveaux éléments sur l’affaire.

Sans directement mettre en cause le coureur, Jacky Durand pointe quelques curieux changements de vélo du cycliste suisse pendant l’épreuve flamande. Il propose une vidéo qui, selon ses dires, indique que, sur le Ronde, Fabian Cancellara a changé deux fois de machine avant de porter son attaque décisive dans le Molenberg. Le tout en moins de douze kilomètres...

Détail des deux changements de vélo

«Ces images vous indiqueront aussi, précise Durand, que ces changements de vélo étaient parfaitement planifiés, contrairement à ce que l’équipe Saxo Bank cherchait à faire croire aux caméras de l’Eurovision qui filmaient à ce moment le champion suisse.»

Selon Jacky Durand, «un élément imprévu a permis de remonter le fil des épisodes de cette histoire rocambolesque, c’est bien sûr l’incident mécanique dont a été victime son coéquipier Matti Breschel.» Et l'ancien champion français de détailler les deux changements de monture de Fabio Cancellara.

«Le premier a été fait sous le regard de tous les téléspectateurs, à l’entrée de Mater après plus de 200 km de course. Au visionnage des images et à l’attitude du mécano qui inspecte de sa voiture le vélo du Suisse, on songe à un problème de frein. La voiture de l’équipe Saxo Bank stoppe pour un changement. Le mécano, Roger Theel, décroche le vélo de rechange et pousse Cancellara pour l’aider à repartir.»

Événement qui aurait été prémédité

Mais ce n’est pas tout. «Sur le moment, poursuit Jacky Durand, on a la nette impression que le premier changement de vélo n’était pas prémédité. En revanche, en abandonnant son vélo au mécano, le Suisse sait déjà qu’il va récupérer sa machine très rapidement, puisqu’il ne prend pas son bidon, comme le font les coureurs habituellement.»

«En observant les images du dépannage calamiteux de Matti Breschel quelques instants plus tard (en fait 3 km plus loin, NDLR), on remarque que Breschel, en doublant sa voiture, cherche le mécano. Personne ne descend de l’arrière de la voiture pour la bonne et simple raison que le mécano n’est plus dans la voiture! On remarque aussi sur la galerie qu’il manque un vélo à droite, dans l’alignement du second mulet de Cancellara. Il s’agit précisément du vélo dont s’est débarrassé le Suisse quelques instants plus tôt. Le mécano l’a gardé avec lui lors du dépannage à l’entrée de Mater. L’Allemand, Roger Theel, a visiblement coupé le parcours (quelques centaines de mètres) pour rejoindre à vélo le deuxième point de dépannage où il attend Cancellara pour lui rendre son vélo initial.»

Plusieurs conclusions s'imposent

Et le suspense continue. «L’élément qui nous fait penser qu’il s’agit bien du vélo initial, c’est la plaque de cadre sous la selle. Le dépannage en haut de Mater au pied de St-Martin, l’église de Mater, moins de 5 km après le premier incident, est un modèle de rapidité. On voit bien à la façon dont se déroule ce changement que les deux hommes se sont mis d’accord sur le lieu du dépannage.»

«Ce changement effectué, le mécano attend ensuite sa voiture pour remettre sur la galerie le mulet et reprendre sa place à l’arrière du véhicule. Sur les images TV, on remarque en effet sa présence en fin de course sur la banquette arrière.»

«Il faut donc se rendre à l’évidence des faits: en l’espace de 12 km (entre le 57e dernier km et le 45e dernier km), Cancellara a changé deux fois de vélo et lâché tous ses adversaires dans le Molenberg à l’exception du seul Boonen qui pourra le suivre jusqu’au Mur de Grammont.»

En conclusion : «Ces éléments nous amènent à nous poser plusieurs questions:

1) De quel problème était victime le vélo de Cancellara pour justifier le premier changement? De quels outils disposait le mécano pour effectuer la réparation tout en se rendant au lieu du deuxième changement?

2) Si le premier changement n’était pas prémédité, comme semble le prétendre l’entourage de Saxo Bank, comment expliquer qu’il ait eu lieu à l’endroit pile, sur le parcours, où le mécano pouvait ensuite couper en vélo pour repasser devant la course. Le tout en moins de huit minutes. Le cas échéant, il aurait fallu, une fois fait le constat du problème mécanique, repérer sur la carte l’endroit idéal pour les deux changements, prévoir les outils nécessaires pour que le mécano puisse effectuer la réparation en dehors de la voiture (il sort les mains vides!) et en avertir le coureur...

3) Si le premier changement était bien prémédité, alors pourquoi tout ce cinéma avec des freins soi-disant défectueux et pour quelle raison?» «Changer de vélo pour adopter une pression de pneus moins importante aurait été une hypothèse crédible si Cancellara n’avait pas attendu plus de 200 km pour procéder à ce changement. Bjarne Riis a dit vendredi en conférence de presse qu’il avait l’impression que les journalistes dans cette affaire n’avaient pas fait leur boulot. En tant que tels, nous aimerions bien désormais que le manager de Saxo Bank daigne répondre à nos questions.»

lessentiel.lu avec map

Ton opinion