Au Luxembourg – Des consultations rapides chez les ophtalmos
Publié

Au LuxembourgDes consultations rapides chez les ophtalmos

LUXEMBOURG - Avec plus d'un ophtalmologue pour 10 000 habitants, le Luxembourg est mieux loti que la France et accueille des frontaliers.

Au Grand-Duché, l'attente n'est pas aussi importante qu'en France.

Au Grand-Duché, l'attente n'est pas aussi importante qu'en France.

En France, on parle de six mois à un an d'attente pour un rendez-vous chez l'ophtalmologue. Qu'en est-il au Luxembourg? «Certes, chez nous, il est possible d'obtenir un rendez-vous le lendemain ou avec un délai d'une semaine, mais nous n'avons pas de statistiques ni de chiffres officiels en la matière», confie Marc Theischen, qui est le président de la société luxembourgeoise d'ophtalmologie.

Au regard des éléments que L'essentiel s'est procurés, près de 80 praticiens exercent au Grand-Duché, soit 1,38 pour 10 000 habitants. En France, la proportion n'est que de 0,89 pour 10 000 habitants. Dans ce contexte, on imagine aisément que les frontaliers n'hésitent pas à solliciter les ophtalmologues luxembourgeois. Marc Theischen ne le nie pas. «C'est une réalité chez les praticiens installés près de la frontière française et même belge. En même temps, comme les frontaliers qui travaillent au Grand-Duché sont pris en charge par la Caisse nationale de santé, cela semble légitime qu'ils viennent s'ils n'obtiennent pas de rendez-vous chez eux», précise-t-il.

Du côté de la relève, pas de problèmes non plus. «Sur ces cinq dernières années, de nombreux praticiens se sont installés». Une situation plutôt paradoxale. Alors que la France forme des ophtalmologues, le Luxembourg n'a pas d'école spécifique. Les futurs praticiens sont formés à l'étranger. «Je n'ai pas d'explications sur cette situation», reconnaît le président.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Ton opinion