Politique familiale – Des cours pour les jeunes parents?

Publié

Politique familialeDes cours pour les jeunes parents?

LUXEMBOURG - En matière de politique
familiale, les partis ont des points de vue bien différents. Aperçu.

Le CSV souhaite mettre en place des cours d'éducation obligatoires pour les jeunes parents.

Le CSV souhaite mettre en place des cours d'éducation obligatoires pour les jeunes parents.

Editpress

Pour favoriser l'éducation des enfants et éviter les cas trop fréquents de parents désemparés ou irresponsables, le CSV souhaite mettre en place des cours d'éducation obligatoires pour les jeunes parents. Une idée présentée vendredi par Françoise Hetto-Gaasch, ministre de l'Égalité des chances, et par Marc Spautz, ministre de la Famille. Du côté du LSAP, on propose une consultation obligatoire auprès de l’école des parents pour les jeunes parents. Elle serait conditionnée au versement de la prime de naissance... Déi Gréng, eux, se contentent de proposer ces cours.

Toujours en matière de politique familiale, le CSV ouvre la voie à une refonte des aides accordées aux familles. «Nous souhaitons analyser l'efficience des différentes aides, dans l'idée d'une plus grande sélectivité», explique Françoise Hetto-Gaasch. Un thème, «la sélectivité sociale», sur lequel se retrouvent les principaux partis politiques du pays dans la mesure où la politique familiale représente 18% des dépenses de l’État.

Pour sa part, le DP entend révolutionner la politique familiale. Sus aux allocations familiales, les libéraux proposent à la place une aide au logement plus conséquente. Avec Déi Gréng, ils sont aussi les deux seuls partis à vouloir rendre la garde d’enfants gratuite. Là où les trois autres grands partis souhaitent plafonner ou imposer les allocations familiales, Déi Gréng plaident pour le maintien du système actuel d’allocations familiales.

Thomas Holzer et Patrick Théry

Ton opinion