Éducation au Luxembourg: Des délais «inacceptables» pour les élèves à besoins spécifiques

Publié

Éducation au LuxembourgDes délais «inacceptables» pour les élèves à besoins spécifiques

LUXEMBOURG - Claude Meisch annonce ce lundi que les délais de prise en charge des élèves à besoins spécifiques, de 10 mois en moyenne aujourd'hui, vont être sensiblement réduits.

par
Olivier Loyens
Le ministre veut mettre un coup d'accélérateur pour la prise en charge.

Le ministre veut mettre un coup d'accélérateur pour la prise en charge.

Pexels

«On ne peut pas attendre 10 mois avant la prise d'une décision, estime Claude Meisch. C'est inacceptable». Le ministre DP de l'Éducation nationale a annoncé ce lundi que les délais de prise en charge des élèves à besoins spécifiques allaient être réduits pour la rentrée 2023/2024. Ces enfants ont un retard mental ou des troubles du comportement, présentent des difficultés d’apprentissage ou font face à des déficiences visuelles, auditives, fonctionnelles et motrices ainsi qu’à des troubles du langage.

Une nouvelle loi, qui sera soumise «dans les semaines à venir» au Conseil du gouvernement, introduira ainsi un délai de 4 semaines pour l'établissement d'un premier diagnostic dans l'enseignement fondamental et secondaire, et un délai de trois mois pour l'établissement d'un diagnostic par un centre de compétences. Après cette première étape, la prise en charge «débutera aussitôt, assure Claude Meisch. Au besoin, un diagnostic détaillé sera établi par la suite».

«Plus de 700 postes» créés

En outre, le gouvernement prévoit d'améliorer l'information sur le fonctionnement du système de prise en charge. «Les acteurs professionnels comme les parents sont un peu perdus», note le ministre de l'Éducation nationale. Diverses campagnes de communication visant à informer le grand public sont «actuellement en cours de préparation». En parallèle, le ministère va lancer une application digitale grâce à laquelle les enseignants pourront suivre tout le processus d'une prise de décision. «Ils pourront savoir à quelle étape se trouve le dossier», précise Claude Meisch.

En attendant, le ministre souligne que les réformes en 2017 et 2018 ont déjà permis un «renforcement» de l'inclusion scolaire au Luxembourg. Le gouvernement a créé «plus de 700 postes» et a ainsi «doublé les ressources» pour les enfants à besoins spécifiques par rapport à 2014/2015.

916 élèves

Les investissements des cinq dernières années ont permis une augmentation des prises en charge ambulatoires dans le système régulier (de 0,72% de tous les élèves en 2014/2015 à 0,85% de tous les élèves en 2020/2021) et une baisse des scolarisations dans un centre de compétences (de 0,89% en 2014/2015 à 0,76% en 2020/2021). Les dépenses publiques pour la scolarisation des élèves à besoins spécifiques ont d'ailleurs progressé de 57,58% entre 2015 (54,9 millions d'euros) et 2021 (86,6 millions d'euros).

En 2020/2021, 916 élèves à besoins spécifiques faisaient l'objet d'une prise en charge ambulatoire, et 818 dans un centre de compétences.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

Ton opinion

22 commentaires