Enseignement au Luxembourg – Des élèves motivés pour suivre les rattrapages

Publié

Enseignement au LuxembourgDes élèves motivés pour suivre les rattrapages

LUXEMBOURG - Les cours de rattrapage avant la rentrée scolaire se tiennent depuis la semaine dernière. «L’essentiel» a suivi l’un d’eux à l’Athénée.

athenée cours de rattrapage
Luxembourg

photo : Vincent Lescaut (pour L'Essentiel)

athenée cours de rattrapage
Luxembourg

photo : Vincent Lescaut (pour L'Essentiel)

Vincent Lescaut

L’ambiance était détendue, vendredi, dans l’une des salles de classe du lycée Athénée, à Luxembourg. Depuis la semaine dernière, des élèves suivent des cours de rattrapage avant la rentrée scolaire. Deux élèves suivent une leçon d’allemand. «Il s’agit de petits groupes, car les élèves sont répartis par niveau et par matière, explique Marc Dosser, directeur adjoint de l’établissement. Je leur dis qu’il faut profiter de ces conditions idéales de travail, qui n’arrivent pas souvent!». Au total, 47 élèves suivent cette session, dans un lycée qui accueille habituellement 1 550 jeunes.

Le cours est assuré par Sophie, une ancienne élève de la maison, actuellement étudiante en droit à la Sorbonne, à Paris. Elle a bien préparé son intervention, avec de nombreuses fiches. D’abord, l’enseignante intérimaire corrige les exercices distribués lors du précédent cours. Louise-Marie commente des passages du livre «Mutter Courage und ihre Kinder», de Bertolt Brecht.

«Cette aide est la bienvenue»

La lycéenne de 19 ans, qui a grandi au Luxembourg, parle déjà très bien allemand. «Mais je suis francophone, alors je fais de petites fautes, surtout à l’écrit», explique-t-elle. Elle est venue aux cours de rattrapage «pour préparer l’examen de septembre». Engagée dans une filière littéraire, le niveau attendu est élevé. Pendant l’été, elle a lu quatre romans en allemand, signés Bertolt Brecht, Thomas Mann et Jurek Becker, en plus de quatre livres d’explication sur ces mêmes œuvres littéraires. Elle suivra dix heures de cours sur les deux semaines. «Il y a en plus des exercices à faire à la maison, donc une seule matière suffit», sourit-elle.

Même en petit comité, la crise sanitaire se rappelle aux participants: tout le monde conserve le masque et le cours a été brièvement interrompu pour réaliser un test rapide au Covid-19. De son côté, Ewan, 19 ans également, reconnaît «manquer de pratique» dans la langue de Goethe. Il estime que «cette aide est la bienvenue». Lui a droit à des explications en luxembourgeois pour corriger ses exercices, soigneusement rédigés à la main. Revenir au lycée à la fin des vacances ne le gêne pas: «C’est une bonne préparation, je serai chaud pour la rentrée! Déjà, cela m’oblige à me lever un peu plus tôt», reconnaît-il.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion