Au Luxembourg – Des finances publiques (un peu) «rassurantes»

Publié

Au LuxembourgDes finances publiques (un peu) «rassurantes»

LUXEMBOURG - Le ministre des Finances Pierre Gramegna a fait le point ce lundi matin sur la situation des caisses de l'État, avec des recettes en progression.

Pierre Gramegna est plutôt satisfait du début d'année des finances publiques.

Pierre Gramegna est plutôt satisfait du début d'année des finances publiques.

Julien Garroy

«La situation des finances publiques en 2021 se montre sous un jour légèrement rassurant», a affirmé ce lundi matin en commission parlementaire Pierre Gramegna. Le ministre des Finances a fait le point sur la situation financière de l'État, en ce début d'année toujours marqué par la crise liée au Covid. Il en ressort que les recettes, aussi bien que les dépenses, de l'Administration centrale ont augmenté. Mais les recettes ont davantage progressé (+3,8%) que les dépenses (+1,6%).

Côté recettes, l'État a encaissé 3,4 milliards d'euros cette année, plus qu'en janvier et février 2020, donc. Une bonne note, pour le ministre. C'est «d'autant plus réconfortant que les deux premiers mois de 2020 sont les seuls qui ont été épargnés par la pandémie et offrent ainsi la possibilité d'une comparaison précieuse». Dans le détail, l'Administration des contributions directes a récolté, en janvier et février 2021 1,65 milliard d'euros (+9,5% par rapport à la même période en 2020). L'Administration de l'enregistrement, des domaines et de la TVA a elle perçu 1,148 milliard d'euros (+1%), tandis que les douanes et accises ont perçu 253 millions d'euros (-17,9%, une baisse liée à la chute de l'activité économique, le télétravail et l'introduction de la taxe CO2 qui a réduit l'écart des prix à la pompe avec les pays voisins).

«La reprise se dessine lentement, mais sûrement»

Pour ce qui est des dépenses, l'Administration centrale a déboursé 3,5 milliards d'euros. Les investissements, notamment, ont grimpé de 12,5% à 215 millions d'euros. Une tendance qui illustre, selon le communiqué du ministère des Finances, «la politique de soutien à l'économie et à l'innovation qui caractérise ce gouvernement». Au final, le déficit des finances publiques se réduit, après deux mois en 2021, à 117 millions d'euros. Sur la même période en 2020, ce déficit était de 189 millions d'euros.

Des chiffres satisfaisants, pour Pierre Gramegna. Celui-ci y voit même «un indicateur de la reprise économique qui se dessine lentement mais sûrement». D'autant plus, rappelle le ministre, que selon les dernières prévisions du Statec, la baisse du PIB se limiterait au Luxembourg à -1,3% pour 2020, «un des résultats les meilleurs de l'Union européenne». Pas de quoi s'enflammer, toutefois. «Les incertitudes sur l'évolution de la pandémie dans les mois qui viennent nous incitent à la vigilance dans l'exécution budgétaire».

(jw/L'essentiel)

Ton opinion