Au Luxembourg: Des fréquences à surveiller pour éviter les fritures sur les lignes
Publié

Au LuxembourgDes fréquences à surveiller pour éviter les fritures sur les lignes

LUXEMBOURG – De nombreuses fréquences sont utilisées, au quotidien, dans des domaines très divers. Il faut coordonner tout ça, au Luxembourg et à l'international.

par
Jérôme Wiss
Le peloton arrive à Longwy, en 2017, après avoir traversé le Luxembourg. Une étape lors de laquelle l'ILR a géré les fréquences.

Le peloton arrive à Longwy, en 2017, après avoir traversé le Luxembourg. Une étape lors de laquelle l'ILR a géré les fréquences.

AFP

Peter Sagan peut dire un grand merci à l'Institut luxembourgeois de la régulation (ILR), qui fête ses 25 ans ce mois-ci. Le 3 juillet 2017, le cycliste slovaque remportait en effet une étape du Tour de France entre Verviers, en Belgique, et Longwy, en France, et dont le parcours traversait le Luxembourg. Et le service «fréquences radioélectriques» de l'ILR a participé à la tenue de l'étape. «On a commencé à travailler deux ans à l'avance», pointe Luc Tapella, directeur de l'ILR.

«Il y a eu beaucoup de travail de coordination à faire», se souvient Claude Rischette, chef du service «fréquences radioélectriques». En effet, une étape du Tour de France comme celle-ci mobilise pas moins de 500 fréquences différentes, au même moment. Oreillettes pour les coureurs, communication entre voitures et cyclistes, organisation de la course, transmission et diffusion des images à la télévision… Tout doit être coordonné pour, par exemple, qu'une communication entre cyclistes n'interfère pas sur les canaux des urgences. Mais aussi pour que le peloton n'ait pas à changer de fréquence aux passages de frontières. «Comme on s'est coordonnés à l'avance, il n'y a pas eu de perturbations particulières», se félicite Claude Rischette.

Fréquence olympique

Ce travail de coordination, le service «fréquences radioélectriques» le fait au quotidien. Ces fréquences, qui couvrent le spectre des mégahertz, ont de nombreuses finalités. Elles vous permettent bien sûr d'écouter la radio, mais font aussi circuler la 5G sur votre GSM, suite à une vente aux enchères en 2020 des fréquences 700 MHz et 3 600 MHz, dans l'industrie satellitaire, dans laquelle le Luxembourg est très présent... Elles servent aussi pour votre babyphone, le bip du garage, sont utilisées par l'armée... La bande est découpée en un certain nombre de segments, chacun étant attribué à une finalité. L'ILR contrôle notamment le respect des obligations des différentes licences pour l'utilisation de ces fréquences.

«On essaye aussi d'harmoniser les fréquences, il faut avoir des bandes communes» à l'international, pointe le chef de service. Son équipe est aussi dédiée à l'identification des perturbations éventuelles et à se coordonner sur l'utilisation des fréquences avec les pays voisins. Dans ce domaine, le Luxembourg, où toutes les fréquences sont susceptibles de déborder sur les pays voisins, a acquis une grande expérience et un savoir-faire reconnu à l'international. D'ailleurs, l'Agence nationale française des fréquences a fait appel aux experts de l'ILR en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, prévus en 2024, pour organiser les innombrables fréquences qui seront utilisées dans un peu plus de deux ans. Les premières réunions ont déjà eu lieu.

Ton opinion

0 commentaires