Publié

Lutte face au CovidDes frigos du Luxembourg pour stocker les vaccins

HOSINGEN - L’entreprise luxembourgeoise B Medical Systems travaille pour fournir les frigos qui stockeront les vaccins, utiles dans la lutte face au Covid-19.

Au centre de la photo, Luc Provost, CEO de l'entreprise B Medical Systems basée dans le nord du Luxembourg, à Hosingen.

Au centre de la photo, Luc Provost, CEO de l'entreprise B Medical Systems basée dans le nord du Luxembourg, à Hosingen.

Produire les vaccins face au Covid-19 est une chose, les acheminer dans le monde entier dans les meilleures conditions est un tout autre défi «logistique». Et pour y arriver, grâce à des frigos basse température, une société luxembourgeoise, B Medical Systems fournit actuellement un effort considérable. «On travaille en flux tendu. On produit nos frigos innovants et on les expédie», reconnaît Luc Provost, CEO de l’entreprise, basée à Hosingen , qui emploie 230 personnes avec un renfort de 50 intérimaires. «Avant la crise du Covid-19, un gros contrat représentait 2 000 ou 3 000 appareils. Aujourd’hui, on travaille sur des dossiers, où on parle de 15 000 appareils pour un seul pays comme le Mexique… Et rien que pour l’Inde, le besoin en frigo professionnel pour la vaccination est estimé à 100 000 appareils».

Mais comment B Medical Systems parvient-elle à se démarquer sur ce marché? «Notre congélateur est compatible pour faire du stockage du vaccin Pfizer et du vaccin Moderna», se félicite le CEO. «On a donc modifié nos appareils pour qu’ils puissent descendre à -80°C et à -20°C. Avec un seul produit, on comble les besoins de stockages de deux profils de vaccins. Même à +43°C de température ambiante, nos congélateurs arrivent à produire du froid à -80°C de manière mécanique. Quand un gouvernement s’adresse à nous, il peut recevoir toute la solution, du transport, du stockage, de la traçabilité. On a vraiment tout réuni dans un package hyper convivial et flexible pour les gouvernements. Ce qu’aucun de nos concurrents ne peut offrir aujourd’hui».

En coopération avec le ministère de l’Économie, B Médical Systems va doubler sa superficie actuelle d’ici six mois pour multiplier «sa capacité de production, pour les congélateurs basse température, par un multiple de six, et la chaîne du froid, par un multiple de trois», nous indique encore Luc Provost. De nouveaux profils vont donc être recherchés. «À court terme des électriciens et des frigoristes et à l’avenir, des ingénieurs en recherche et développement, car l’intelligence embarquée dans nos produits prend de plus en plus d’importance et face à la crise du Covid, elle a montré toute sa puissance», rappelle le CEO. «Une gestion nationale est possible d’un point central et c’est très puissant comme outil d’optimisation pour les gouvernements».

«Notre usine est plus compétitive et concurrentielle au Luxembourg»

«L’avantage d’être ici, c’est la savoir-faire des personnes qui se trouvent ici», reconnaît Luc Provost, CEO de B Medical Systems. «Et ça se passe de génération en génération, car on a beaucoup de père-fils, frère-sœur, qui travaillent au sein de l’entreprise et donc une belle transmission de savoir-faire. Ce qui intéresse pas mal de gens, c’est de travailler dans un domaine qui permet de sauver des vies. À travers le monde, on a immunisé plus de 350 millions d’enfants. Grâce à nos produits, on a pu éviter 7 millions de décès et c’est quelque chose qui donne vraiment de la valeur à son travail».

«On arrive à attirer beaucoup de nationalités différentes», ajoute encore Luc Provost. «Elles sont une dizaine en recherche et développement. Cela va du Brésilien à la Coréenne, en passant par l’Italien et c’est vraiment quelque chose qui attire les gens. Être au nord du Grand-Duché, c’est intéressant, car on évite les bouchons. Au niveau frontalier, on est très bien placé, car on a énormément de gens qui viennent d’Allemagne, de Belgique et même de France. Notre attractivité est forte. Rien que dans le management, on a des gens qui viennent de Luxair, de Coca-Cola, d’Amazon… Les gens préfèrent venir travailler ici, car leur travail a du sens et notre entreprise garde une taille humaine». Retrouvez le site Internet de l'entreprise ici.

«La situation va s'améliorer, mais l'effort sera soutenu jusqu'en 2023»

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Ton opinion