Accusations d'ingérence – Des hackers russes piégeraient des sites US

Publié

Accusations d'ingérenceDes hackers russes piégeraient des sites US

La firme Microsoft a indiqué que des hackers russes, responsables de l'ingérence russe dans la présidentielle américaine, sévissent encore.

L'affaire a été révélée par Brad Smith, président de Microsoft.

L'affaire a été révélée par Brad Smith, président de Microsoft.

AFP/Jason Redmond

L'équipe russe de pirates informatiques, soupçonnée d'avoir tenté d'interférer dans l'élection présidentielle américaine en 2016, cible des groupes de réflexion conservateurs pour en dérober des données, a indiqué lundi Microsoft. Sur ordre d'un tribunal, le géant américain des logiciels a pris le contrôle la semaine dernière de six faux sites Internet impliqués dans cette campagne, selon Brad Smith, président de Microsoft.

Ces pirates sont liés aux services de renseignements militaires russes, le GRU, a-t-il affirmé. L'objectif est de laisser croire aux internautes qu'ils accèdent à des liens gérés par ces organisations, tout en les redirigeant vers de faux sites gérés par des pirates afin de leur dérober des informations, dont des mots de passe. Réagissant à ces informations, le Kremlin a indiqué «ne pas savoir de quels pirates il est question et en quoi ils ont influencé les élections». «De quoi parle-t-on? Nous ne comprenons pas sur quelles preuves et sur la base de quoi de telles conclusions sont faites. Il n'y a rien de tout ça et nous traitons de telles déclarations en conséquence», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Selon Microsoft, un des sites piratés semblait imiter celui de l'International Republican Institute, dont le comité comprend des sénateurs républicains comme John McCain, critique vis-à-vis du président russe Vladimir Poutine. Un autre ressemble au site de l'Hudson Institute, qui organise des discussions autour de thèmes comme la sécurité informatique. Un autre site piraté imitait pour sa part celui du Sénat américain. «Nous craignons que ces sites et d'autres constituent une menace pour la sécurité d'un nombre grandissant de groupes liés aux deux partis politiques américains dans la perspective des élections de mi-mandat de 2018», a écrit le patron de Microsoft.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion