Attaque sanglante au Niger – Des hommes à moto «ont tiré sur tout ce qui bouge»

Publié

Attaque sanglante au NigerDes hommes à moto «ont tiré sur tout ce qui bouge»

Au moins 60 civils ont été tués dimanche, dans une série d'attaques contre des villages de l'ouest du Niger, proches de la frontière malienne.

La région de trois frontières (Niger, Mali, Burkina Faso) est le théâtre d'attaques jihadistes régulièrement.

La région de trois frontières (Niger, Mali, Burkina Faso) est le théâtre d'attaques jihadistes régulièrement.

AFP/Boureima Hama

«Le bilan s'établit provisoirement à 60 morts», a déclaré une sources des services de sécurité du Niger. «Des hommes armés sont venus à moto et ils ont tiré sur tout ce qui bouge. Ils ont sévi à Intazayene, à Bakoarate et à Wistane, et dans des campements environnants et on compte» au moins «40 personnes tuées», avait auparavant affirmé un élu local. Le gouvernement nigérien n'avait pas encore confirmé, lundi, ces nouvelles attaques.

Les localités visées sont situées dans la région de Tahoua, voisine de celle de Tillabéri, toutes deux proches de la frontière avec le Mali. La région de Tillabéri est située dans la zone dite «des trois frontières», aux confins du Niger, du Mali et du Burkina Faso, régulièrement frappée par les groupes jihadistes.

Des centaines de morts

Le 15 mars, des jihadistes présumés y avaient mené plusieurs attaques contre des véhicules qui rentraient du grand marché hebdomadaire de Banibangou. Ils avaient également pris pour cible le village de Darey-Daye, massacrant des habitants et incendiant des véhicules et des greniers à céréales. Bilan: 66 morts. Le 2 janvier, 100 personnes avaient été tuées dans des attaques dans la zone de Ouallam (région de Tillabéri) par des hommes armés circulant également à moto.

Depuis plusieurs années, le Niger est la proie d'attaques jihadistes dans ses parties Ouest et Sud-Est, proche du Nigeria, qui ont fait des centaines de morts.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion