Au Luxembourg – Des idées à trouver pour diversifier l'industrie

Publié

Au LuxembourgDes idées à trouver pour diversifier l'industrie

LUXEMBOURG – Quatre groupes de travail ont été mis en place par le Haut-comité pour l’industrie, afin d’élaborer des pistes permettant de réorienter le secteur.

«Le Luxembourg dispose d’une industrie compétente, qui a permis au pays de garder la tête hors de l’eau pendant la crise sanitaire», selon Franz Fayot (LSAP), ministre de l’Économie.

«Le Luxembourg dispose d’une industrie compétente, qui a permis au pays de garder la tête hors de l’eau pendant la crise sanitaire», selon Franz Fayot (LSAP), ministre de l’Économie.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

«Le Luxembourg dispose d’une industrie compétente, qui a permis au pays de garder la tête hors de l’eau pendant la crise sanitaire», selon Franz Fayot (LSAP), ministre de l’Économie. Il a présenté, ce lundi, le travail du Haut-comité pour l’industrie, qui a décidé, lors de sa dernière réunion, de mettre en place quatre groupes de travail pour «diversifier et renforcer le secteur industriel», alors que la pandémie «a aussi montré quelques points faibles».

Le premier des thèmes abordés est la décarbonation de l’économie, «un sujet très important pour nous, car si les objectifs ont été fixés par le politique, la réalisation nous incombe», explique Michèle Detaille, présidente de la Fedil. L’idée est de réussir à appliquer les règles, essentiellement européennes, tout en ayant conscience «que cela renchérira le prix de revient des produits». Les autres thématiques seront la stratégie pour l’industrie manufacturière (avec la digitalisation en ligne de mire), l’économie circulaire et l’aménagement des terrains industriels.

Des propositions d'ici 2023

Sur ce dernier point, Michèle Détaille préconise «des zones plus modernes et plus adaptées, avec des infrastructures partagées», comme des cantines, des crèches ou des salles de réunion utilisées par plusieurs firmes, afin de «dégager de la place et densifier les zones existantes». Selon elle, «il existe une vraie demande d’entreprises pour venir s’installer au Luxembourg».

La plateforme de discussion devra «produire une feuille de route d’ici début 2023», reprend Franz Fayot. Les membres, des personnes du secteur et du ministère, sélectionnés avec la Fedil, devront proposer «des mesures concrètes et réalistes». Car s’il loue le rôle de l’industrie pendant la crise, le ministre voit une grande possibilité d’amélioration: «Nous nous sommes rendu compte que nous n’avions plus certaines productions dans le pays ou à proximité, comme les semi-conducteurs ou les produits de santé». Selon lui, il faut «changer de stratégie» et «discuter d’une réindustrialisation».

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion