Europa League – Des incidents violents avant le match Lyon-Besiktas
Publié

Europa LeagueDes incidents violents avant le match Lyon-Besiktas

Des échauffourées ont éclaté entre des supporteurs et des policiers avant le match d'Europa League. Puis la pelouse a été envahie et le coup d'envoi décalé de 45 minutes.

Besiktas' and Lyon's supporters fight before  the UEFA Europa League first leg quarter final football match between Lyon (OL) and Besiktas on April 13, 2017, at the Parc Olympique Lyonnais stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France. / AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Besiktas' and Lyon's supporters fight before the UEFA Europa League first leg quarter final football match between Lyon (OL) and Besiktas on April 13, 2017, at the Parc Olympique Lyonnais stadium in Decines-Charpieu, central-eastern France. / AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

AFP/Philippe Desmazes

La pelouse du Parc OL a été envahie par des dizaines de supporters à un quart d'heure du début de Lyon-Besiktas, le quart de finale aller d'Europa League placé à hauts risques, jeudi, provoquant le retard de la rencontre. Le coup d'envoi était prévu à 21h05. À 21h10, le terrain s'était finalement vidé des spectateurs. Un quart d'heure avant l'heure prévue de la rencontre, des spectateurs du Virage sud avaient pénétrés sur la pelouse, alors désertée par les joueurs, créant la confusion générale.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, ceux qui sont allés sur la pelouse voulaient se protéger des projectiles et des pétards lancés depuis le haut des tribunes. Le président de l'OL Jean-Michel Aulas a ensuite pris le micro du kop pour s'exprimer devant les supporters lyonnais. Le match a finalement débuté à 21h50, soit 45 minutes après l'horaire prévu.

Des violents incidents avaient déjà éclaté plus tôt aux abords du stade entre supporters turcs et forces de l'ordre, de même qu'entre fans turcs et lyonnais. Plusieurs mouvements de foule ont également eu lieu et les CRS ont chargé à plusieurs reprises. La rencontre entre Lyon et Besiktas est placé sous haute tension, à trois jours d'un référendum en Turquie. Au total, 15 000 supporters turcs étaient attendus au Parc OL. Le match est classé par les autorités au niveau de risque le plus élevé (4 sur 4).

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion