Projet d'usine au Luxembourg: Des investisseurs russes trop sulfureux pour Differdange?
Publié

Projet d'usine au LuxembourgDes investisseurs russes trop sulfureux pour Differdange?

LUXEMBOURG – Sans accroc jusqu'ici, l'installation à Differdange de l'usine d'Ocsial spécialisée dans les nanotechnologies fait face aux activités «douteuses» de ses investisseurs russes.

par
Thomas Holzer
Le «Graphene Nanotube Center» doit débuter sa production en 2025.

Le «Graphene Nanotube Center» doit débuter sa production en 2025.

Ocsial

Le contexte international va-t-il plomber l'un des projets industriels les plus ambitieux du sud du Luxembourg? La société Ocsial doit installer à Differdange la plus grande usine mondiale de nanotubes de graphène, utilisés notamment dans la production de batteries pour les voitures électriques. Censé aboutir à la création de plus de 300 emplois au Luxembourg, ce projet s'inscrit parfaitement dans la volonté du Grand-Duché de promouvoir les hautes technologies éco-responsables sur son territoire .

Le feu vert accordé en février pour le lancement de l'usine apparaissait donc comme la suite logique d'une entreprise de séduction d'Ocsial lancée de longue date. De réunions publiques en soutien au tissu local (partenariat avec les Red Boys Differdange), l'entreprise internationale fondée en 2012 et basée au Luxembourg a investi sur son image en vue d'une présence à long terme sur le territoire luxembourgeois.

Konstantin Notman (à droite) est le CEO d'Ocsial.

Konstantin Notman (à droite) est le CEO d'Ocsial.

Mais le déclenchement de la guerre en Ukraine est venu gâcher cette belle dynamique avec au coeur de la polémique l'identité des investisseurs de l'entreprise. Dans une question parlementaire, le député CSV Laurent Mosar évoque des personnes «d'origine russes aux pratiques parfois douteuses», s'appuyant notamment sur les révélations de Reporter.lu. Le site d'information évoque notamment le banquier Igor Kim, qui aurait facilité la fuite de milliards d'euros de capitaux de Russie d'un oligarque ou même… l'État russe qui aurait été un des premiers investisseurs d'Ocsial via un fonds pour les nanotechnologies.

«Pas de jugement à porter»

Christiane Brassel-Rausch, bourgmestre de Differdange

Des personnes et entités sulfureuses qui pourraient d'ailleurs se retrouver concernées par les sanctions européennes, en plus de susciter un questionnement éthique, alors que le Luxembourg a fermement condamné l'invasion russe et fourni des armes aux forces de défense ukrainiennes. «S'ils ne sont pas touchés par les sanctions, je n'ai pas de jugement à porter», estime Christiane Brassel-Rausch, bourgmestre Déi Gréng de Differdange, interrogée par L'essentiel.

L'édile se dit toujours convaincue par ce projet d'usine «important pour Differdange» car forgeur «de matériaux d'avenir». «Je n'ai eu aucune nouvelle récemment, mais j'espère que cela va se faire», martèle la bourgmestre, tout en concédant une part d'incertitude et la crainte que les dirigeants d'Ocsial revoient leurs plans en raison de «l'explosion des prix».

Plans inchangés

Sollicitée, l'entreprise confirme que «les plans pour lancer le «Graphene Nanotube Center en 2025 restent inchangés». Selon le ministre LSAP Franz Fayot, l'entreprise est en train de «finaliser la demande d’autorisation de bâtir pour l’introduire aux services communaux».

Mais l'heure est à la prudence du côté du gouvernement. Si le ministre reconnaît qu'une «convention d'aide à l'investissement» a été signée avec l'État, «aucune tranche de l'aide n'a été déboursée jusqu'à présent». Une prise de distance n'est pas à écarter pour ce projet d'investissement évalué à 340 millions d'euros.

C'est en tout cas ce que suggère la réponse parlementaire de Franz Fayot à M. Mosar: «L’actionnariat a évolué à plusieurs reprises par l’entrée dans le capital de nouveaux actionnaires. À la lumière des évènements en Ukraine et des sanctions contre la Russie et le Belarus, le ministère de l’Économie est en train d’effectuer une mise à jour de ses informations de concert avec les autorités compétentes».

Ton opinion

9 commentaires