Consommation – Des labels pour «bien manger» au Luxembourg

Publié

ConsommationDes labels pour «bien manger» au Luxembourg

LUXEMBOURG - Le ministre de l'Agriculture a présenté mardi un projet de loi qui permettra d'ici à mi-2018 la délivrance de labels pour les produits de meilleure qualité.

Le projet de loi a été déposé, l'avis du Conseil d'Etat est attendu pour une mise en application à la mi-2018.

Le projet de loi a été déposé, l'avis du Conseil d'Etat est attendu pour une mise en application à la mi-2018.

L'essentiel/JV

Un sceau officiel avec le Lion Rouge accompagné d'une à quatre étoiles: voici les nouveaux labels qui fleuriront prochainement dans les rayons pour permettre aux consommateurs de repérer les produits de qualité dans les rayons luxembourgeois. Fernand Etgen, le ministre de l’Agriculture a présenté ce mardi, le paquet législatif relatif à l’agrément de ces nouveaux labels. «Avec ceux-ci, on permet au consommateur de faire confiance au producteur sur la traçabilité, la sécurité alimentaire et la qualité des produits».

Un nouveau règlement grand-ducal qui permet aussi de promouvoir la production locale et régionale et la transparence, «en promouvant le circuit court pour la réduction de l’émission de CO2 et le respect de la nature». D’ici mi-2018, les produits pourront donc disposer de ces fameux nouveaux labels, «avec des standards contrôlés par une commission d’agrément. Ils sont basés sur des critères définis en trois piliers: qualité-saveur, régional-équitable et environnement-bien être de l’animal», détaille le ministre.

Aide financière

Cette aide vise le consommateur principalement, mais aussi les «gros caddies», ceux des cuisines collectives par exemple (crèches, maisons relais, hôpitaux…). «Avec la nouvelle loi sur les marchés publics, on ne doit plus seulement regarder les aspects économiques pour une adjudication, mais on doit aussi viser des paramètres environnementaux et sociaux». Ces labels seront ainsi un prérequis essentiel pour se démarquer des autres produits.

À noter que les productions qui se verront décerner ces labels auront également une aide financière pour les frais de contrôle et la réalisation d’une campagne d’information et de promotion. Du donnant/donnant pour le consommateur et les producteurs, estime le ministre qui annonce aussi la création d’un GIE (groupement d’intérêt économique) qui fera office de plateforme d’échange et de concertation entre les acteurs publics et privés, dans «une politique du bien manger» au Luxembourg.

(Jonathan Vaucher/L'essentiel)

Ton opinion