Initiative au Luxembourg – Des lycéens veulent améliorer le tri des déchets

Publié

Initiative au LuxembourgDes lycéens veulent améliorer le tri des déchets

DIFFERDANGE/WALFERDANGE – Quatre lycéens ont conçu deux poubelles de tri sélectif, à placer au centre-ville de Differdange.

«Nous voulons inciter tout le monde à bien faire le tri des déchets, car cela nous semble très importants». Raquel, 21 ans, est très motivée par son projet lycéen, réalisé dans le cadre de son année de 1re au Lycée technique de Lallange, à Esch. Avec Hugo, Abigael et Abilio, tous âgé d’environ 20 ans, ils se rendent tous les samedis au Centre d’initiative et de gestion locale (CIGL) de Walferdange, pour concevoir des poubelles. Celles-ci seront installées dans le centre de Differdange, les deux instances étant déjà habituées à travailler ensemble.

Dans l’atelier du CIGL, les deux grands bacs en bois pouvant accueillir plusieurs poubelles sont disposés sur le sol, en attendant la finition. Si les jeunes ne peuvent pas utiliser les plus grosses machines, pour des raisons de sécurité et d’assurance, ils manient la ponceuse et la peinture, après s’être occupé du design. L’ornement définitif a été trouvé après plusieurs essais infructueux.

«Ils sont très motivés»

«Cela change des cours théoriques, c’est la première fois que je gère un projet concret», s’enthousiasme Abigael. «Nous apprenons beaucoup avec cet atelier, très intéressant», renchérit Hugo. Les deux poubelles seront placées en janvier dans l’avenue de la Liberté, à Differdange. «Nous ferons une vidéo explicative, pour que les gens sachent dans quel bac jeter leurs déchets», précise Abilio. Tous savent qu’ils faudra un peu de temps avant que les habitants prennent les bonnes habitudes.

Trouver un employeur n’a pas été évident dans le contexte actuel, mais les quatre jeunes ont persévéré. «Ils sont très motivés», a indiqué Philippe Reuter, du service écologie de Differdange, qui fait office de «donneur d’ordres». «Il y a la crise sanitaire, mais il ne faut pas oublier la crise climatique, donc c’est important que les jeunes se mobilisent», glisse-t-il. Il est venu samedi rendre visite à ses jeunes, dont le travail est encadré par le CIGL. «Les jeunes travaillent bien et leur projet rejoint notre philosophie», se réjouit Lola Artigao, chargée de direction.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion