Catastrophes naturelles – Des menaces toujours plus «nombreuses»

Publié

Catastrophes naturellesDes menaces toujours plus «nombreuses»

Jamais les êtres humains n'avaient été confrontés à «des menaces aussi nombreuses et complexes», avertit la représentante de l'ONU.

De plus en plus de catastrophes sont liées les unes aux autres, selon un rapport de l'ONU.

De plus en plus de catastrophes sont liées les unes aux autres, selon un rapport de l'ONU.

Keystone

Les États doivent adopter des politiques «systémiques» plutôt que de tenter de résoudre les menaces comme la pollution, les dommages biologiques, la sécheresse ou le changement climatique de manière séparée, selon l'ONU. «Le doublement des situations météorologiques extrêmes» en vingt ans le demande, a expliqué mercredi, la représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU, Mami Mizutori.

Sans nouvelle approche, les menaces pourraient ralentir ou même renverser les avancées liées aux Objectifs du développement durable (ODD). Le rapport mondial d'évaluation de la réduction des risques de désastres cible notamment les pratiques économiques qui ne sont pas durables, notamment la dépendance à des cultures agricoles pas suffisamment diversifiées.

Catastrophes liées

De plus en plus de catastrophes sont liées les unes aux autres, met en garde le rapport publié. En près de 30 ans, plus de 90% de la mortalité liée à des désastres naturels a été observée dans les pays à revenus bas ou intermédiaires, surtout en Asie/Pacifique et en Asie. Le nombre de ces catastrophes a augmenté, contrairement à celles provoquées par des dommages biologiques.

Elles sont responsables du déplacement de près de 25 millions de personnes par an depuis une décennie, environ 50 000 par jour. Au total, 88 millions de personnes ont été affectées par des désastres multirisques sur la période entre 1997 et 2017.

Et 68,5% des pertes économiques de 2005 à 2017 sont dues à des événements provoqués par de vastes risques. Dont les deux tiers ont affecté les habitations. Autre problème: moins de 4% du financement de l'assistance humanitaire sur la même période a été attribué à la prévention plutôt qu'à la réponse aux désastres.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion