Publié

Covid au LuxembourgDes mesures allégées mais pas encore abolies

LUXEMBOURG - Finis les masques, les jauges et le passe sanitaire, le Danemark a décidé de lever en bloc ses restrictions Covid. Et au Luxembourg?

Le Conseil de gouvernement, qui se réunit ce mercredi puis vendredi, devrait annoncer aussi des allègements en fin de semaine.

Le Conseil de gouvernement, qui se réunit ce mercredi puis vendredi, devrait annoncer aussi des allègements en fin de semaine.

Vincent Lescaut

À l'image d'autres pays européens, le Luxembourg se prépare à alléger les restrictions. Le Conseil de gouvernement, qui se réunit ce mercredi puis vendredi, devrait annoncer aussi des allègements en fin semaine, conforté par les chiffres hospitaliers rassurants. Mardi, il n'y avait plus que neuf personnes en soins intensifs à cause du Covid. Un assouplissement semble bien en vue, d’après les informations de L’essentiel, mais rien ne serait acté à ce stade.

L’actuelle loi reste en vigueur jusqu’au 28 février et il semble peu probable que la prochaine arrive de manière anticipée.
«Plusieurs pistes sont travaillées en direction d’un allègement, mais il ne s’agira pas d’une abolition de toutes les restrictions», indique une source proche du gouvernement. Il y a dix jours déjà, le directeur de la Santé avait annoncé que des discussions étaient en cours. «On pourrait peut-être permettre à nouveau des rassemblements plus larges», indiquait-il.

«Nous perdons des clients par "mésinformation"»

L'augmentation des jauges (fixées à 200 sauf concept sanitaire) serait bien à l'étude. «C'est notre demande prioritaire, confiait mardi Christophe Eyssartier, responsable des cinémas Kinepolis au Luxembourg, qui espère aussi la levée des autotests sur place, devenus plutôt rares.

La fermeture à 23h des bars et restaurants ne devrait pas durer. «Cela ne servait à rien et n'a eu aucun effet positif sur la situation», estime François Koepp, secrétaire général de l'Horesca, qui réclame aussi des mesures plus claires et lisibles. «Nous perdons des clients par "mésinformation". Des gens ne savent plus quoi faire. Ils se demandent s'ils peuvent aller au restaurant avec deux doses», dénonce-t-il. «Mais un allègement et l'ouverture jusqu'à 1h ne signifierait pas la fin des problèmes. Il y a près de 40 000 personnes en quarantaine et peut être 115 000 en télétravail, il faut soutenir le secteur et ne pas arrêter les aides avant de savoir où l'on en sera».

«Le taux de vaccination est plus élevé au Danemark»

Un retour à la vie d'avant «version danoise» semble toutefois jugé prématuré par les experts. «Le taux de vaccination et de booster est plus élevé au Danemark qu'au Luxembourg, souligne Paul Wilmes porte-parole de la Task Force Covid. La vague Omicron y a débuté début décembre contre fin décembre ici. Notre situation est un peu différente. Ils ne sont pas dans le même temps de la pandémie». Pour lui, si cela devra être confirmé cette semaine, le pic est toutefois peut-être passé au Grand-Duché. «Sur la moyenne des quatre derniers jours, on est en apparence en baisse».

Le Dr Wilmes alerte toutefois sur le dernier «freedom Day» au Danemark à l'automne dernier, et au rebond épidémique qui avait suivi. Pour lui, «si l'on entre en endémie, il faudrait en priorité que tous les plus vulnérables (âgés ou comorbidités) soient vaccinés. La question est de savoir quel chiffre de personnes hospitalisées Covid on juge acceptable. Si on y est et qu'on peut gérer le double, pourquoi pas permettre plus de rassemblements?», précise Paul Wilmes qui s'attend «à une levée des restrictions plus progressive».

(Nicolas Martin et Joseph Gaulier/L'essentiel)

Ton opinion