Conflit en Syrie – Des milliers de personnes évacuées d'Alep
Publié

Conflit en SyrieDes milliers de personnes évacuées d'Alep

Plus de 3 000 personnes ont quitté le secteur rebelle d'Alep assiégé par le régime syrien avant le vote attendu d'une résolution de l'ONU qui permettrait de superviser ces évacuations.

La reprise des évacuations, suspendues vendredi par le régime, n'a pas été officiellement annoncée lundi mais, sur le terrain, les convois semblaient reprendre de manière continue. Selon Ahmad al-Dbis, chef d'une unité de médecins et de volontaires qui coordonnent les évacuations, environ 3 000 personnes sont en effet arrivées lundi matin en territoire contrôlé par les insurgés, à l'ouest de la deuxième ville de Syrie, dans deux convois de chacun une vingtaine de bus.

Il a expliqué avoir vu, dès l'aube, des familles emmitouflées dans plusieurs couches de manteaux descendre des bus et se rassembler à même le sol sur un terrain sale alors que des travailleurs humanitaires distribuaient des bouteilles d'eau minérale. Ces gens «avaient dû attendre plus de 16 heures» à un check-point du régime sans pouvoir sortir des bus, a indiqué Ahmad al-Dbis. «Ils n'avaient pas mangé, n'avaient rien à boire, les enfants avaient pris froid et ils n'avaient même pas pu aller aux toilettes».

Dimanche soir, une vingtaine de bus s'apprêtaient à entrer dans les localités de Foua et Kafraya quand ils ont été attaqués et incendiés par des hommes armés issus de la mouvance jihadiste. Un chauffeur a trouvé la mort. Ce grave incident avait entraîné le report de la reprise des évacuations des insurgés et des civils du réduit rebelle d'Alep, qui était attendue en soirée parallèlement à une opération similaire à Foua et Kafraya.

(L'essentiel/AFP)

Vote attendu à l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se prononcer lundi sur un nouveau projet de résolution visant à garantir le bon déroulement des évacuations des civils et rebelles. Selon l'ambassadeur français François Delattre, les 15 pays, dont la Russie, ont trouvé «un terrain d'entente» sur le texte, qui «demande à l'ONU et à d'autres institutions pertinentes de superviser de manière adéquate et neutre et de surveiller directement les évacuations des quartiers est d'Alep».

Ton opinion