A Genève – Des perquisitions menées dans l'affaire Bouvier

Publié

À GenèveDes perquisitions menées dans l'affaire Bouvier

Des saisies ont eu lieu mercredi aux entrepôts des Ports Francs de Genève et au sein de la société Natural Le Coultre, dont le patron, Yves Bouvier, également promoteur du Freeport de Luxembourg, est mis en examen, a-t-on appris de source judiciaire.

Yves Bouvier est mis en examen pour «escroqueries» et «complicité de blanchiment».

Yves Bouvier est mis en examen pour «escroqueries» et «complicité de blanchiment».

Editpress

Un porte-parole du ministère public de Genève a confirmé une information en ce sens donnée par le quotidien La Tribune de Genève. «La perquisition a eu lieu dans le cadre d'une demande d'entraide judiciaire» déposée par Monaco, a indiqué le porte-parole, en ajoutant que «des documents ont été saisis» et que «des enquêteurs monégasques» ont participé à l'opération.

L'homme d'affaires genevois Yves Bouvier, qui est le plus gros locataire des Ports Francs de Genève, d'énormes entrepôts où sont stockés des milliers d’œuvres d'art, a été mis en examen fin février dernier pour escroquerie par un juge d'instruction de Monaco, saisi d'une plainte d'oligarque russe. Cet oligarque, Dmitri Rybolovlev, qui habite à Monaco après avoir longtemps vécu à Genève, estime avoir été escroqué par M. Bouvier, qui lui a vendu de nombreuses toiles de maître, afin de constituer sa collection personnelle estimée à plus de 2 milliards de francs suisses (1,88 milliards d'euros).

Une différence de quelques millions

L'oligarque, par ailleurs propriétaire du club de football de Monaco, estime avoir surpayé ces tableaux de plusieurs dizaines de millions de francs suisses. De son côté, M. Bouvier a assuré dans une interview publiée la semaine dernière par le journal suisse Le Temps que Dmitri Rybolovlev «savait très bien» qu'il réalisait des plus-values sur les tableaux qu'il lui vendait. M. Bouvier a passé plus de 72 heures en garde à vue à Monaco et a été libéré après avoir été obligé de verser une caution de 10 millions d'euros.

Il est mis en examen pour «escroqueries» et «complicité de blanchiment». M. Bouvier avait été interpellé le 25 février dernier, à Monaco, par la police, alors qu'il se rendait à un rendez-vous avec son client russe. La plainte concerne la vente de deux tableaux, le «Salvator Mundi» attribué à Léonard de Vinci et le «Nu couché au coussin bleu» de Modigliani, selon Le Temps qui a pu la consulter. Selon la plainte de l'oligarque russe, M. Bouvier lui a vendu pour 118 millions de dollars le «Nu couché au coussin bleu» de Modigliani, alors que le vendeur américain n'en aurait encaissé que 93,5 millions.

M. Bouvier réplique que l'oligarque «voulait un tableau, il était prêt à le payer un certain prix, un point c'est tout». Yves Bouvier a expliqué au Temps que son client, multimilliardaire, «n'arrivait pas à payer le solde du dernier tableau qu'il a acheté à ma compagnie, le plus beau Rothko du monde, n° 6 - Violet Green and Red». Selon M. Bouvier, M. Rybolovlev doit «plusieurs dizaines de millions d'euros» à sa compagnie.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion