Equipe de rêve – Des problèmes de riche pour le PSG

Publié

Équipe de rêveDes problèmes de riche pour le PSG

L'arrivée de Thiago Silva, en attendant celle d'Ibrahimovic, dessine l'équipe-type de rêve du Paris SG cette saison et esquisse les contours des problèmes de riche qui guettent l'entraîneur Ancelotti.

Ibrahimovic (2e à g) va-t-il rejoindre Thiago Silva (à g), Lavezzi et Pastore?

Ibrahimovic (2e à g) va-t-il rejoindre Thiago Silva (à g), Lavezzi et Pastore?

Désireux de rivaliser avec les autres grosses écuries européennes en Ligue des champions, les dirigeants du PSG et le directeur sportif Leonardo ont frappé fort (plus de 170 millions d’euros investis en transferts en un an) pour construire un groupe haut de gamme sur fond de légion étrangère. Si l'arrivée d'Ibrahimovic est confirmée (les négociations se poursuivront lundi), le onze-type devrait être: Sirigu - Jallet, Alex, Silva, Maxwell - Sissoko, Motta, Pastore (ou Matuidi) - Menez (ou Nene), Lavezzi - Ibrahimovic.

Et Paris pourrait ne pas s'arrêter en si bon chemin car on prête aux dirigeants l'idée de prendre de l'avance sur le «fair-play financier», imposé par l'UEFA à partir de la saison prochaine et qui obligera à équilibrer les comptes... Après avoir obtenu les renforts de l'Argentin Lavezzi, du Brésilien Silva, peut-être donc du Suédois Ibrahimovic et de l'espoir italien Verratti (Pescara/ITA), Ancelotti expliquait lundi qu'il souhaitait encore un milieu expérimenté. Quand il l'aura, il s'attaquera peut-être alors à un deuxième latéral droit et un attaquant prometteur... De quoi créer un embouteillage dans tous les secteurs de jeu et inquiéter les joueurs qui ont activement participé au gain de la deuxième place en championnat mais qui ne savent pas si on leur confiera encore le même rôle.

Le cas Sakho

Consacré jusqu'à présent par son club formateur, le défenseur Mamadou Sakho a été ainsi peu à peu déboulonné par Ancelotti. Et l'arrivée du «meilleur défenseur du monde» (Silva) selon son futur coach, ne doit pas le rassurer. Pour le Bleu, non retenu pour l'Euro, le choix est clair: soit il accepte la concurrence et se retrousse les manches pour regagner sa place, soit il estime qu'elle est faussée et que l'herbe sera plus verte ailleurs. C'est une vraie réflexion à avoir car les joueurs majeurs français sont peu habitués à être victime de la concurrence: les moyens financiers des clubs de L1 sont souvent réduits et ne permettent pas de constituer les mêmes armadas qu'en Espagne ou Angleterre. Du coup, les joueurs se remettent moins en question sur le sol national qu'à l'étranger.

Ancelotti, qui veut conserver Sakho, souhaiterait d'abord le convaincre de se battre aux côtés d'Alex et Bisevac. Le constat est un peu le même pour Kevin Gameiro, arrivé comme vedette il y a un an en provenance de Lorient. Sa saison compliquée l'a fragilisé et l'arrivée d'un grand buteur peut sonner le départ pour Valence (Espagne), où il a déjà un pied et demi. À moins que son bon match samedi contre le CSKA Moscou (2-2) en amical ne signifie qu'il a finalement l'intention de se battre jusqu'au bout.
Guillaume Hoarau semblait lui préservé, mais Ibrahimovic a finalement, en mieux, le même profil que lui.

Jalousie de Nene

L'arrivée d'un deuxième attaquant devrait de toute façon pousser l'un des deux vers la sortie. Juste derrière, au milieu de terrain où règne la guerre des ego, l'équilibre sera extrêmement délicat à trouver pour Carlo Ancelotti qui imagine déjà faire «descendre» d'un cran Pastore pour alléger ce secteur.

L'arrivée de Lavezzi signifie pourtant que les impétueux Menez et Nene ne seront plus systématiquement titulaires. Attention donc aux excès de jalousie, notamment de Nene qui enrage de ne pas bénéficier du même contrat que les autres. Grognards des dernières saisons, Armand, Camara, Luyindula et Chantôme ont, eux, déjà compris qu'ils joueront les variables d'ajustement. Pour eux, la question est de savoir s'ils acceptent ou non la situation.

(L'essentiel Online/AFP)

Retrouvez tous les transferts de l'été en cliquant ICI.

Ton opinion