Kevin Razy – «Des profs utilisent mes vidéos à l'école»

Publié

Kevin Razy«Des profs utilisent mes vidéos à l'école»

Kevin Razy est fier d'être capable de faire réfléchir les gens avec son spectacle et ses sketches critiques sur la société.

L’humoriste français de 29 ans est en tournée avec son one man show, «Mise à jour». Il y évoque les différentes évolutions du monde à travers le prisme de sa vie.

Selon vous, qu'est-ce qui aurait besoin d'une mise à jour dans notre société?

Probablement la classe politique. Les dirigeants réagissent trop souvent après coup et anticipent très peu les problèmes. Ils devraient plus écouter les citoyens. C'est comme si on avait un pays gouverné par des éléphants qui prennent des décisions pour des chats.

Vous pourriez vous lancer en politique?

Ma femme ne le veut pas (il rit). Essayer de proposer des choses, d'ouvrir les yeux des gens, c'est aussi une manière de faire de la politique. Ce n'est pas seulement un métier et on a un peu tendance à l'oublier.

Peut-on dire que vous utilisez votre notoriété pour faire passer des messages?

Oui et je pense que c'est important. Je n'ai pas la prétention de pouvoir changer le monde, mais si je peux, à mon petit niveau, ne faire réfléchir qu'une seule personne, pour moi c'est gagné.

Des gens vous contactent-ils pour vous dire que vous leur avez fait voir les choses d'un autre œil?

Oui, des profs utilisent parfois mes vidéos à l'école, pour faire passer un message. Une personne qui a vécu les attentats de Nice m'a dit qu'elle pensait qu'elle ne pourrait plus jamais rire de ça. Elle a vu mon sketch sur Daech et il l'a fait marrer. Elle m'a remercié. Pour moi, c'était la consécration.

Quelles limites vous fixez-vous avant d'écrire?

Ça ne sert à rien de choquer pour choquer. Je suis aussi d'avis que si on n'a rien à dire sur un sujet, on ne l'aborde pas.

Vous avez fait une vidéo sur un recruteur français de Daesh. Vous avez eu peur en vous adressant à lui?

C'est marrant, parce que personne ne s'est posé la question dans l'équipe. On s'est juste dit qu'il fallait le faire. Je me disais que c'était important de le faire. Effectivement, après coup, on se dit que c'était un risque, mais je pense qu'il n'y a pas de combat sans risques.

Avez-vous encore des rêves?

Là, dans l'immédiat, ce serait de présenter les César. J'aime beaucoup chanter et danser et j'aimerais bien pouvoir présenter une fois cette cérémonie et donner un petit coup de modernité à ce show. Sans prétention, juste tenter quelque chose. J'aimerais vraiment relever ce challenge.

(L'essentiel avec Julienne Farine)

Ton opinion