Union européenne – Des quotas de réfugiés à répartir entre les Etats?

Publié

Union européenneDes quotas de réfugiés à répartir entre les États?

Les groupes politiques du Parlement européen ont réclamé mardi une modification des règles sur l'asile dans l'UE, afin de mieux répartir la prise en charge des demandeurs d'asile.

Les groupes politiques du Parlement européen veulent changer les règles sur l'asile en vigueur dans l'UE mais sont divisés.

Les groupes politiques du Parlement européen veulent changer les règles sur l'asile en vigueur dans l'UE mais sont divisés.

AFP

«Le règlement de Dublin n'est pas suffisant. Il faut le modifier pour répartir la prise en charge des demandeurs au sein de l'Union européenne», a déclaré au cours d'un point de presse Manfred Weber, le président du groupe du Parti populaire européen (PPE, conservateurs). La demande sera formulée dans une résolution soumise au vote mercredi après un débat sur les résultats du sommet européen de jeudi dernier, jugés «peu satisfaisants» par l'ensemble des groupes.

La résolution entend influer sur le projet de stratégie concernant les migrations que la Commission européenne doit présenter le 13 mai. Le règlement de Dublin impose au pays d'entrée de prendre en charge les arrivants, de traiter les demandes d'asile et d'assumer le renvoi des migrants dont la requête a été rejetée. La dernière demande de modification avait été rejetée par 24 des 28 États. Elle avait été soutenue par l'Italie, Malte, Chypre et la Grèce, les quatre pays d'arrivée par la mer des migrants partis des côtes libyennes.

80 000 migrants attendent en Italie

«Les modalités concrètes de cette répartition plus équitable doivent encore être déterminées, mais elles prendront en compte la taille du pays, son poids économique, le nombre des réfugiés déjà installés», a précisé M. Weber. «Il faut aller au-delà de Dublin. On ne peut pas laisser reposer le fardeau sur les épaules du pays d'accueil, en l'occurrence l'Italie. Ce n'est pas juste», a plaidé le président du groupe socialiste, l'Italien Gianni Pittella. «Il faut instituer des quotas obligatoires. La solidarité ne doit pas être une option, elle ne doit pas être facultative. Nous n'avons pas besoin de charité, mais de solidarité», a-t-il lancé.

Quelque 276 000 demandeurs d'asile sont arrivés dans l'UE en 2014, et 80 000 attendent en Italie une réponse à leur demande. Six pays -Allemagne, Suède, France, Royaume-Uni, Italie et Belgique- assument 80% des demandes d'asile, insiste le groupe libéral.

Ton opinion