Des routes de montagne et des voitures... sans pilote

Publié

Des routes de montagne et des voitures... sans pilote

Pouvoir faire rouler un bolide sans pilote, c'est le projet des étudiants de l'Université de Stanford.

Tout se joue dans le coffre.

Tout se joue dans le coffre.

afp

Garder les mains sur le volant est l’une des règles élémentaires de la conduite sportive en montagne, dont les étudiants de l’Université de Stanford cherchent à s’affranchir en mettant au point un bolide sans pilote.

Ces étudiants en génie mécanique sont en train de concevoir un véhicule robotisé destiné à s’attaquer l’an prochain à la Pikes Peak Highway, une route escarpée dans les montagnes Colorado. «Shelley» ne sera pas la première voiture robotisée à se lancer dans l’ascension de la Pikes Peak, une route de 20 kilomètres, avec 156 virages qui se termine à 4 300 mètres d’altitude.

Mais les précédentes tentatives ont été effectuées à une vitesse moyenne de 40km/h, alors que la voiture de Stanford qui a atteint la vitesse de 208km/h lors d’essais dans le désert, vise une allure plus proche de celle des rallyes. Le laboratoire où a été conçu le logiciel de «Shelley», dirigé par le professeur de génie mécanique Chris Gerdes, est une sorte de combinaison entre la traditionnelle salle d’étude universitaire et le paddock de Formule 1.

«Si nous pouvons mettre au point une voiture qui peut grimper seule la Pikes Peak Highway, nous pouvons faire une voiture capable de prendre le relais si un conducteur s’endort», explique Kirstin Talvala, l’une des étudiantes.

Ton opinion