Analyse au Luxembourg – Des salaires moins élevés au nord qu'au sud

Publié

Analyse au LuxembourgDes salaires moins élevés au nord qu'au sud

LUXEMBOURG - Le Statec pointe du doigt de fortes inégalités entre les communes du pays selon leur situation géographique, en matière de salaires comme de chômage.

Le salaire médian «passe de 2 592 euros à Reisdorf (est) jusqu'à 4 821 euros à Niederanven (centre)».

Le salaire médian «passe de 2 592 euros à Reisdorf (est) jusqu'à 4 821 euros à Niederanven (centre)».

Editpress/Alain Rischard

Le taux de chômage est resté stable, à 6% de la population active en juin. Un constat plutôt exemplaire au niveau européen mais qui marque quelques inégalités sur le plan national. Selon le Statec qui s’appuie sur des chiffres de 2015, le taux de chômage «varie entre 2,6% dans la commune de Bech (est) et 13,2% à Esch-sur-Alzette (sud)».

Autre constat, «les plus grandes villes du pays se positionnent toutes dans le bas du classement, avec des taux de chômage supérieurs à 6,9%». On parle ici de Luxembourg, Esch-sur-Alzette, Differdange, Dudelange, Pétange, Rumelange, Bettembourg, Ettelbruck, Diekirch, Wiltz et Echternach. «Les chômeurs se concentrent principalement dans les grandes villes», répète le Statec.

Luxembourg-Ville, un moteur

Si le taux de chômage varie autant, il en va de même pour les salaires selon ce rapport. Le salaire médian «passe de 2 592 euros à Reisdorf (est) jusqu'à 4 821 euros à Niederanven (centre)» et il serait plus faible au nord et au centre qu'au sud. Les salaires médians les plus faibles se trouvent, selon le Statec, à «la pointe nord, une partie de la Nordstad, la partie inférieure de la vallée de l'Ernz blanche et dans les communes de Wiltz, Vianden, Beaufort et Echternach». L'explication se trouve dans le fait que davantage de résidents du nord et du centre, là même où se concentrent les ménages monoparentaux, exercent des professions de «bas niveau».

Ce salaire médian est en revanche «particulièrement élevé» autour de la capitale. Le canton de Luxembourg compte d'ailleurs six communes parmi les 15 mieux classées, selon le nouvel indice socioéconomique qui devrait servir à la nouvelle répartition du fonds de dotation globale des communes.

(NC/L'essentiel)

Ton opinion