Des sans-papiers à la Défense

Publié

Des sans-papiers à la Défense

Environ 300 travailleurs sans papiers occupaient lundi les préfabriqués situés sur le chantier de la tour First, ex-Axa, dans le quartier d’affaires de La Défense.

Les sans-papiers ont été évacués dans l'après-midi.

Les sans-papiers ont été évacués dans l'après-midi.

afp

«Si nous sommes évacués, nous irons ailleurs», soulignait Hervé Goix, délégué CGT, présent sur le site. Les grévistes demandent une «circulaire de régularisation avec des critères simplifiés et améliorés, valables sur l’ensemble du territoire», a-t-il ajouté.

Des drapeaux de la CGT sortaient des fenêtres des quatre niveaux de préfabriqués installés à côté de la tour First, située à l’entrée du quartier d’affaires. Une banderole sur laquelle est inscrit «les travailleurs sans papiers réclament une circulaire de régularisation».

Parmi ces grévistes, «beaucoup travaillent sur ce chantier», a ajouté Hervé Goix, sans en préciser le nombre. Ousmane Touré, Malien de 35 ans, travaille sur le chantier de la tour First. Il explique qu’à la demande de son patron, il a dû donner différents papiers d’identité. «Sur mes fiches de paie, les noms sont donc différents», souligne-t-il. Ce qui pose fatalement des problèmes.

Ton opinion