Etats-Unis – Des singes de labo fuient après un accident de la route
Publié

États-UnisDes singes de labo fuient après un accident de la route

Un accident entre deux camions, aux États-Unis, a brièvement permis, vendredi, à quatre singes de s’échapper. Trois des bêtes vouées à un laboratoire ont été reprises.

Les singes qui se sont échappés étaient destinés à un laboratoire en Floride.

Les singes qui se sont échappés étaient destinés à un laboratoire en Floride.

photo d’illustration AFP

Quatre singes ont profité d’un accident de la route pour s’échapper du camion qui les transportait vers le laboratoire de Floride auquel ils étaient destinés, selon la police de Pennsylvanie, qui en a récupéré trois et recherchait toujours le quatrième samedi. Le camion qui transportait une centaine de macaques crabiers est entré en collision avec un camion-poubelle, vendredi après-midi, près de la petite ville de Danville, dans le centre de cet État du nord-est des États-Unis.

Quatre singes «se sont échappés du lieu de l’accident et ont disparu dans les environs», a tweeté la police locale, qui a appelé la population à ne pas s’approcher des animaux. Trois d’entre eux ont ensuite été capturés, mais le quatrième était encore en fuite samedi matin. «Dernières nouvelles sur l’accident: il y a encore un singe manquant, nous demandons que personne ne cherche à apercevoir ou à capturer l’animal», a ajouté la police samedi.

Des tirs entendus

Selon la chaîne locale WNEP, un hélicoptère de la police équipé de caméras thermiques a permis de localiser les macaques lors de recherches menées en pleine nuit, par un froid glacial. La police de Pennsylvanie a publié une photo montrant un singe perché sur un arbre, ébloui par une lampe torche. Selon WNEP, la police a encerclé l’animal puis des tirs ont été entendus. Le sort des animaux récupérés n’était pas connu samedi.

Le prix d’un macaque crabier, aussi appelé macaque à longue queue, peut atteindre 10 000 dollars. Ces singes, très répandus en Asie du Sud-Est, ont été largement utilisés dans les recherches sur les vaccins contre le Covid, selon le New York Times. Ils peuvent vivre 30 ans en captivité.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion