LGBTQ+ - Des strings et des culottes pour femmes trans

Publié

LGBTQ+Des strings et des culottes pour femmes trans

La marque Effeuillantine souhaite produire à large échelle des sous-vêtements adaptés aux femmes transgenres et aux personnes pratiquant le tucking.

par
Nina Seddik
La marque de lingerie Effeuillantine propose des modèles adaptés aux femmes transgenres et aux personnes pratiquant le tucking.

La marque de lingerie Effeuillantine propose des modèles adaptés aux femmes transgenres et aux personnes pratiquant le tucking.

Arsène Marquis


L’objectif de la marque française Effeuillantine est de créer des sous-vêtements adaptés à la morphologie des femmes transgenres qui ne se sont pas fait opérer et des personnes pratiquant le tucking - c’est-à-dire la dissimulation des organes génitaux masculins pour qu’ils ne se voient pas sous les habits. Ce label a été créé par Laura Caillaud et Valentine Dedieu, l’année passée. Les deux Lyonnaises ouvrent ce jeudi 31 mars, journée internationale de la visibilité des personnes trans, les précommandes de leur collection, composée d’un string et d’une culotte, sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank. L’objectif? Récolter suffisamment de fonds pour produire cette première collection à large échelle.

Valentine Dedieu (à g.) et Laura Caillaud (à dr.)

Valentine Dedieu (à g.) et Laura Caillaud (à dr.)


À l’origine de ce projet, les difficultés de Valentine Dedieu, femme transgenre, à trouver des sous-vêtements adaptés. «Elle ne pouvait pas mettre les vêtements qu’elle voulait, comme des leggins ou des robes moulantes, explique Laura Caillaud qui est aussi sa compagne. C’est un problème qui peut créer une vraie souffrance psychologique et parfois même physique» Une lingerie mal adaptée pouvant, en effet, scier l’entrejambe.

Par ailleurs, d’autres techniques utilisées pour cacher l’anatomie masculine sous les habits peuvent, elles aussi, créer des douleurs physiques. Parmi elles: l’utilisation de Scotch ou l’accumulation de couches de vêtements pour aplatir les organes génitaux. «Les femmes transgenres et les personnes qui pratiquent le tucking ont le droit d’avoir des dessous confortables, pratiques mais aussi esthétiques», souligne Laura Caillaud.

En 2021, le duo d’entrepreneuses décide donc de faire appel à une modéliste pour concevoir un string et une culotte, déclinés en rouge et en noir. Les tailles vont, quant à elles, du S au XL. Contrairement à la lingerie pensée pour les femmes cisgenres, les modèles conçus par Effeuillantine sont adaptés à l’anatomie masculine. «La partie arrière du sous-vêtement est davantage élastique et l’entrejambe légèrement galbé permet ainsi d’épouser parfaitement les formes, explique Laura Caillaud. L’avant de la culotte et du string est quant à lui plus rigide et plaque le pénis».

Ton opinion

9 commentaires