Violence à Naples: Des supporters de Francfort mettent le feu à une voiture de police

Publié

Violence à NaplesDes supporters de Francfort mettent le feu à une voiture de police

Des échauffourées ont eu lieu mercredi après-midi à Naples entre supporters du club allemand de l'Eintracht Francfort dépourvus de billets et les forces de l'ordre, en marge du 8e de finale retour de Ligue des champions.

De nombreux ultras allemands, encagoulés et vêtus de noir, ont lancé des projectiles et fumigènes sur des policiers qui ont répliqué avec des jets de gaz lacrymogènes, selon des images diffusées par les médias italiens. Une voiture de police a notamment pris feu. Ces violences, concentrées sur une place du centre historique de la ville, se sont produites alors que les supporters du club allemand n'ont pas eu l'autorisation d'acheter des billets pour cette rencontre, après un ping-pong entre les autorités italiennes et le club, sur fond de risques de troubles à l'ordre public.

Malgré ce contexte, plusieurs centaines de supporters allemands étaient présents dans la journée à Naples, selon une journaliste de l'AFP. Avant les heurts de l'après-midi, ils s'étaient rassemblés au pied de leur hôtel sur le bord de mer à la mi-journée et avaient déambulé dans le centre-ville, sous le contrôle des forces de l'ordre et d'un hélicoptère. Les supporters de l'Eintracht ont été évacués du centre-ville vers 18h par plusieurs bus, selon les médias italiens.

Le maire de Naples, Gaetano Manfredi, cité par l'agence italienne Ansa, a dénoncé des «dévastations folles et inacceptables». Autour du stade, l'ambiance était très calme une heure et demie avant le coup d'envoi, à 21h a constaté l'AFP. L'Eintracht et ses supporters sont depuis la saison dernière sous l'étroite surveillance de l'UEFA, à la suite de l'envahissement du terrain et l'usage d'engins pyrotechniques dans son Waldstadion, après la qualification pour la finale de la Ligue Europa contre West Ham en mai.

En septembre, des incidents avaient déjà éclaté à Marseille entre supporters de l'OM et de l'Eintracht, avec des fumigènes échangés entre tribunes et un supporter de Francfort grièvement blessé. Des supporters allemands avaient également fait des saluts nazis.

(AFP)

Ton opinion

8 commentaires