ArcelorMittal – Des transferts de Basse-Indre à Florange
Publié

ArcelorMittalDes transferts de Basse-Indre à Florange

Le groupe sidérurgique prévoit une répartition différente des activités entre les sites de Loire-Atlantique et de Moselle confirmant des informations des syndicats.

«Dans un contexte de surcapacités dans le secteur de l'acier pour emballage (NDLR: "packaging"), il faut optimiser les flux» entre les deux sites, a expliqué une source proche de la direction. Elle confirme les informations données par les syndicats de l'usine de Basse-Indre près de Nantes. Mardi, un délégué CGT a estimé à au moins 60 le nombre de salariés concernés par ce transfert d'activités. Cette optimisation passe par le chargement au maximum de ses capacités des lignes de traitement de l'acier de Florange au détriment de Basse-Indre: laminage (amincissement des tôles) et décapage (suppression de la couche d'oxyde de surface).

En revanche, les activités de finition - l'étamage (dépôt d'une couche de cuivre) - seraient renforcées à Basse-Indre, précise-t-on de même source, même si une des deux lignes d'étamage de Florange serait maintenue. Le site de Basse-Indre se concentrerait sur l'acier pour les boîtes de conserve, tandis que celui de Florange fabriquerait de l'acier pour boîtes-boissons (NDLR: canettes).

«Redéploiement des effectifs»

Ce plan, qui a fait partie des discussions entre le gouvernement et l'aciériste sur l'avenir du site de Florange, reste pour l'instant un projet, souligne-t-on, qui doit faire l'objet de discussions avec les organisations syndicales lors de prochaines rencontres. Cette réorganisation implique un «arrêt temporaire» des activités de laminage et d'étamage de Basse-Indre «sans conséquence en termes d'emplois directs», précise la source, grâce à un «redéploiement des effectifs de l'amont (transformation) vers l'aval (finition)», qui concerne entre 40 et 50 personnes.

«Les activités du site (NDLR: de Florange), liées à la filière froide et notamment l'emballage, seront pérennisées et renforcées par un programme d'investissement industriel», avait déclaré vendredi soir Jean-Marc Ayrault, au terme des négociations entre le gouvernement et ArcelorMittal sur Florange.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion