Nuisances au Luxembourg – Des travaux bruyants, mais pas n’importe quand

Publié

Nuisances au LuxembourgDes travaux bruyants, mais pas n’importe quand

LUXEMBOURG - Les chantiers se multiplient dans la capitale. À noter qu'une réglementation existe concernant la tenue des chantiers en ville et les bruits qui en résultent.

Le niveau de bruit toléré est fixé en fonction de l’environnement.

Le niveau de bruit toléré est fixé en fonction de l’environnement.

Editpress/François Aussems

Être réveillé au petit matin par un chantier s’effectuant sous ses fenêtres n’a rien de très agréable. «Surtout quand les travaux commencent vers 6h30 un samedi!», se plaint un lecteur de L’essentiel résidant au Kirchberg, dans la capitale. «Le pire est que, selon la police, cette entreprise a reçu une autorisation pour commencer aussi tôt», se désole-t-il.

Au-delà de ce cas précis, des règles existent pour encadrer «le niveau de bruit dans les alentours immédiats des établissements (NDLR: les entreprises) et des chantiers». Le règlement grand-ducal du 13 février 1979 interdit ainsi, à l’intérieur des agglomérations, les travaux de chantier la nuit, soit de 22h à 7h.

Des limites qui peuvent être dépassées

«Dans des circonstances spéciales sur demande à introduire avant le début des travaux, le ministre ayant dans ses attributions l'inspection du Travail et des Mines peut déroger à cette interdiction», et rendre ainsi possible l'exécution d’un chantier en ville pendant la tranche horaire nocturne. Les entreprises doivent alors introduire une demande écrite auprès du Service de gestion du bruit de l’administration de l’Environnement.

Les niveaux de bruit tolérés sont aussi fixés en fonction de l’environnement immédiat: de 45 dB(A) le jour autour d’hôpitaux ou de quartiers de récréation à 70 dB(A) au sein d’un milieu industriel. Des limites abaissées de 10 à 15 dB (A) pour la nuit. Qui peuvent aussi être dépassées pour des chantiers dont la durée ne dépasse pas une année. Une tolérance qui ne vaut pas pour les travaux... la nuit.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Ton opinion