Patrimoine – Des visites de musées au clair de lune en Grèce
Publié

PatrimoineDes visites de musées au clair de lune en Grèce

Pas moins de 120 sites archéologiques et musées pourront être découverts «by night» et gratuitement ce dimanche, a annoncé le ministère de la Culture grec.

Le site de l’Acropole, à Athènes, ne sera pas accessible, mais son musée pourra être visité ce dimanche soir. Sa terrasse donnant sur le célèbre rocher sacré sera ouverte, permettant aux visiteurs d’admirer la lune éclairant les colonnes de marbre jusqu’à minuit.

Le site de l’Acropole, à Athènes, ne sera pas accessible, mais son musée pourra être visité ce dimanche soir. Sa terrasse donnant sur le célèbre rocher sacré sera ouverte, permettant aux visiteurs d’admirer la lune éclairant les colonnes de marbre jusqu’à minuit.

Getty Images/iStockphoto

Découvrir le sanctuaire d’Apollon à Delphes un soir de pleine lune: les touristes en vacances en Grèce en auront plein les yeux dimanche à la tombée de la nuit. Beaucoup ont eu la «bonne surprise» d’apprendre que 120 sites archéologiques et musées de Grèce ouvraient gratuitement et tardivement à l’occasion de la pleine lune.

Pour ce week-end inédit, le ministère grec de la Culture espère «que la lumière de la lune l’emportera sur l’ombre de la pandémie». Une fois n’est pas coutume, le pays ensoleillé laissera la part belle à la lune, pour permettre aux visiteurs d’admirer le phénomène naturel dans un cadre exceptionnel.

«Nous n’étions pas au courant», s’exclame le Français Raphaël Ruffier rencontré sur le parvis du musée de l’Acropole à Athènes. «En cherchant les horaires d’ouverture de l’Acropole, on a eu la bonne surprise d’apprendre qu’il y avait cette pleine lune dimanche», raconte Florian Rovelli, arrivé vendredi de Paris. Mais il ne sait pas encore où sa compagne et lui assisteront au spectacle nocturne.

D’Olympie à Thèbes, l’histoire de la Grèce en libre accès

Quel que soit le lieu où ils se trouvent, les Grecs tout comme les touristes auront un libre accès à la quasi-totalité de la richesse historique et culturelle de la Grèce au clair de lune, selon un communiqué du ministère.

De Kassope dans l’Epire (nord-ouest) au palais des Grands maîtres sur l’île de Rhodes (sud-est), en passant par les sites archéologiques d’Olympie, Mystras, Corinthe ou Nemea, sur la péninsule du Péloponnèse (sud-ouest), ou encore ceux de Thèbes (centre) jusqu’à la forteresse de Corfou (ouest), le choix est cornélien.

Concerts, représentations théâtrales, poésie, danse, expositions et observations des étoiles seront également proposés dans les musées archéologiques et les sites de Crète ou d’îles paradisiaques, dans l’archipel des Cyclades, en mer Ionienne ou en mer Égée.

Dans la capitale, Raphaël Ruffier et sa famille pensent simplement «admirer la lune» depuis le «superbe toit-terrasse» de leur auberge de jeunesse à Psyri, un quartier animé au nord de l’Acropole.

Si le célèbre site de l’Acropole d’Athènes n’est pas sur la liste, le musée de l’Acropole sera lui ouvert gratuitement tard dimanche, ainsi que sa terrasse donnant sur le célèbre rocher sacré, permettant aux visiteurs d’admirer la lune éclairant les colonnes de marbre jusqu’à minuit.

Effectif réduit ou réservation préalable pour certains sites

Quant à la pandémie, tous espèrent qu’elle sera oubliée l’espace d’une nuit de pleine lune.

Mais «les musées, sites et localités sont en charge du protocole sanitaire dans ce contexte pandémique», déclare Alexandra Aspioti de la Direction générale des Antiquités et du Patrimoine culturel de Grèce, service public sous la supervision du ministère de la Culture.

«Certains lieux et animations sont soumis à un effectif réduit ou à une réservation préalable», a-t-elle souligné.

Après une saison 2020 contrariée par la pandémie de coronavirus, la Grèce se félicite d’avoir récupéré à ce stade de la saison 70% de la fréquentation touristique de 2019, selon Christos Staikouras, le ministre grec des Finances.

Représentant plus de 20% du produit intérieur brut, le tourisme est un secteur crucial pour l’économie grecque.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion