Présidentielle en France – Des voix réclament «un autre candidat» que Fillon

Publié

Présidentielle en FranceDes voix réclament «un autre candidat» que Fillon

Alors que le candidat LR a réaffirmé ce mercredi qu'il continuait le combat, des voix s'élèvent dans son camp et certains se retirent de son équipe de campagne.

François Fillon a visité le Salon de l'agriculture, ce mercredi après-midi.

François Fillon a visité le Salon de l'agriculture, ce mercredi après-midi.

AFP/Thomas Samson

«L'heure est venue que François Fillon consacre son énergie à défendre son honneur, c'est important qu'il puisse y consacrer toute son énergie», a indiqué à l'AFP, la députée LR, Catherine Vautrin, une des vice-présidentes de l'Assemblée nationale, confirmant des informations de L'Union. Cet ancien soutien de Nicolas Sarkozy a plaidé pour «un autre candidat qui consacre toute son énergie» à la campagne présidentielle.

De son côté, le parti centriste UDI a décidé mercredi de «suspendre» sa participation à la campagne présidentielle de François Fillon, qui a annoncé le maintien de sa candidature en dépit d'une possible mise en examen, a indiqué son président, Jean-Christophe Lagarde. «Je réunirai la semaine prochaine le bureau exécutif de l'UDI afin que nous prenions une décision collective» sur un soutien à M. Fillon, a précisé M. Lagarde. «En attendant cette décision, la participation de l'UDI à la campagne de François Fillon est suspendue», a-t-il ajouté. «Suite aux événements judiciaires et politiques de ce matin, le débat de savoir si l'UDI doit maintenir son soutien à François Fillon est clairement ouvert dans notre famille politique», a-t-il ajouté. L'UDI (Union des démocrates et indépendants), créée à l'automne 2012, regroupe des partis centristes (Parti radical, Nouveau Centre, FED...), et avait apporté son soutien à Alain Juppé pour la primaire de la droite.

«Je crois au respect de la parole donnée»

Bruno Le Maire avait été le premier à marquer clairement son désaccord avec la décision de François Fillon de continuer la campagne. «Je crois au respect de la parole donnée, elle est indispensable à la crédibilité de la politique» et «la condition nécessaire pour mener sereinement les efforts de redressement de la France», a affirmé M. Le Maire dans un communiqué à l'AFP. «En accord avec mes principes, je démissionne donc de mes fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon», a-t-il ajouté. «Je poursuis le combat politique au service de la France et des Français», a poursuivi l'ancien ministre de l'Agriculture, ex-candidat à la primaire de la droite.

François Fillon a annoncé mercredi qu'il était convoqué le 15 mars par les juges afin d'être mis en examen. Mais «je ne céderai pas, je ne me retirerai pas», a-t-il déclaré, dénonçant un «assassinat politique».

(L'essentiel/AFP)

Fillon seul candidat à ce stade à avoir franchi le seuil des 500 parrainages

François Fillon (LR) était mercredi le seul candidat à l'élection présidentielle à avoir, à ce stade, recueilli plus de 500 parrainages d'élus, seuil nécessaire à la validation de sa candidature, a annoncé le Conseil constitutionnel. À la date du 1er mars, le Conseil constitutionnel, a validé 1 717 parrainages. M. Fillon totalise 738 parrainages. Il est suivi actuellement d'Emmanuel Macron (En Marche!), avec 229, Nathalie Arthaud (LO) 201, Benoît Hamon (PS) 184 et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) 87. La candidate du Front national, Marine Le Pen, en a pour l'heure 25. Philippe Poutou (NPA) disposait lui, mercredi, de 35 paraphes et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) de 31.

Voir la liste plus bas dans l'article

Ton opinion