En France – Détestant les maths, elle tente de tuer son prof

Publié

En FranceDétestant les maths, elle tente de tuer son prof

Une adolescente de 13 ans a blessé son enseignant, vendredi, dans le centre de l'Hexagone. Elle a été arrêtée. Des investigations sont en cours.

Les faits se sont déroulés dans l'enceinte du collège Puy de la Roche, à Richelieu.

Les faits se sont déroulés dans l'enceinte du collège Puy de la Roche, à Richelieu.

Google Street View

Une collégienne française de 13 ans a été mise en examen pour tentative d'assassinat sur la personne d'un enseignant. Elle a été placée en détention provisoire, a-t-on appris dimanche, auprès du procureur de la République de Tours.

Elle «a été mise en examen du chef de tentative d'assassinat», a fait savoir à l'AFP le magistrat. «Sans aucun antécédent judiciaire», elle a été, samedi soir, «placée en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention», a-t-il indiqué. L'enseignant «a été légèrement blessé au niveau thoracique et son incapacité totale de travail a été fixée à un jour. Il n'a pas été hospitalisé», a précisé le procureur Grégoire Dulin.

Agression au couteau

Les faits se sont déroulés vendredi «en fin de matinée (...) dans l'enceinte du collège Puy de la Roche, à Richelieu» (Indre-et-Loire). L'adolescente «a agressé, à la fin d'un cours, avec un couteau, son professeur de mathématiques», a expliqué le magistrat.

La collégienne a été «immédiatement interpellée» et placée en garde à vue. Après une prolongation de garde à vue samedi, la mineure a été présentée samedi, en fin d'après-midi, au parquet. «La poursuite des investigations a été confiée à un magistrat instructeur», a-t-il détaillé.

Haine des maths

M. Dulin a précisé que «la jeune fille a reconnu les faits lors de sa garde à vue». «Décrite par ses camarades de classe comme en retrait et assez solitaire, elle a, pour l'instant, des difficultés à expliquer son geste. Elle indique notamment avoir une haine des mathématiques sans en vouloir de manière personnelle à son professeur», a-t-il ajouté.

«Les investigations se poursuivent et le juge d'instruction diligentera très rapidement des expertises psychiatriques et psychologiques pour parvenir à comprendre ce passage à l'acte», a précisé le procureur, indiquant qu'«une cellule médico-psychologique a été mise en place immédiatement au sein de l'établissement scolaire et demeurera active, la semaine prochaine».

(L'essentiel/nxp/ats)

Ton opinion