«dEUS a rénové le rock en Belgique»

Publié

«dEUS a rénové le rock en Belgique»

HOLLERICH - La tournée touchant à sa fin, dEUS a donné deux concerts à l'Atelier, lundi et mardi. L'occasion de rencontrer le bassiste, Alan.

L'essentiel: Vous devriez vous sentir un peu comme chez vous au Luxembourg compte tenu que dEUS y a joué déjà plusieurs fois…

Alan: Je me souviens encore du dernier concert ici. C'était très sympa. Apparemment, les billets se sont vendus comme des petits pains cette fois-ci. Comme pas mal de gens veulent venir nous voir, nous avons proposé une seconde date.

Pourquoi dEUS est-il tellement populaire en Belgique?

Je suis avec dEUS depuis quatre ans. Avant, j'étais aux États-Unis et je n'ai pas suivi le groupe. Mais je pense que dEUS était un groupe qui à innové dans le rock et qui a aussi réussi à accéder au marché à l'étranger. Il a ouvert beaucoup de portes aux groupes belges. Les gens avaient cette mentalité que le pays était trop petit et qu'ils n'y arriveraient pas. Ça a changé avec dEUS.

Vous pouvez vous promener en Belgique sans être reconnus?

Tom (le chanteur) est plus reconnu, surtout dans sa ville natale. Cela m'arrive aussi de temps en temps chez moi à Bruxelles. Parfois, quelqu'un te prend même pour un certain chanteur ou un acteur. Mais ce n’est pas encore comme chez les Beatles.

Vous avez enregistré votre dernier album, «Vantage Point», dans votre nouveau studio. Ça a changé quoi dans votre manière de travailler?

Nous nous sentons beaucoup plus à l'aise. Quand nous jouons et que ça nous plaît, nous pouvons enregistrer directement. En plus, tu n'as pas la pression. L'idée était d’employer le budget de l'enregistrement pour l'investir dans notre propre studio. Maintenant, ça évolue et nous réinvestissons dans du nouveau matériel. Il se peut que nous mixons même le prochain album dans ce studio.

Comment la création de chansons se fait-elle?

Ça dépend des fois. Parfois, une idée arrive lors d’un concert. Nous faisons aussi des séries de jams organisées. On prend les instruments et on s’en fout de ce qui sort. Ces idées sont enregistrées et après on les écoute et on sélectionne ce qui bien. En plus, chacun travaille chez soi.

Qu'avez-vous prévu après la tournée?

Aller faire la fête. Mais chacun va aussi travailler à la maison et rapporter des idées. J'ai en plus deux projets à côté, l'un est du jazz expérimental. Pour l'autre, je joue de la musique pour une pièce de théâtre. Là, tu vis quelque chose que tu ne peux pas vivre avec un groupe de rock. Les acteurs sont tellement différents des musiciens.

Travaillez-vous déjà sur le prochain album avec dEUS?

Oui. Nous allons bientôt finir trois morceaux pour montrer à la maison de disques vers où dEUS veut aller pour son prochain album.

Recueilli par Kerstin Smirr

Entre énergie et mélancolie

Complet pour l'occasion, le concert de dEUS lundi soir à l'Atelier avait tout pour séduire le public. Des chansons de rock presque calmes et mélancoliques, mais aussi, surtout vers la fin, des moments énergiques et puissants. Le public, ravi, demandait un rappel, qui lui a été accordé.

Ton opinion