Bagarre au Luxembourg – «Deux employés ont été embarqués par la police»

Publié

Bagarre au Luxembourg«Deux employés ont été embarqués par la police»

LUXEMBOURG – Une bagarre impliquant plus d'une vingtaine de personnes a éclaté au bar-restaurant «Frenchie», samedi soir. Le propriétaire donne sa version des faits.

«En dix ans et demi, c’est la première fois qu’un tel événement se produit au Frenchie, même la police m’a dit qu’elle était très surprise d’avoir à intervenir ici». Petite bosse sur la tête et douleurs au bras et à l’épaule, le propriétaire du bar-restaurant de Luxembourg était toujours un peu sous le choc dimanche soir.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une soirée privée «organisée pour la communauté polonaise» a mal tourné. «L’organisateur avait mis en place deux bars à vodka. Dès 23h, explique Hervé Brouty, j’avais envisagé de mettre un terme à la soirée lorsque j’ai surpris deux individus qui avaient pénétré dans la cuisine du restaurant», raconte le chef d’établissement. «Pour une raison que j’ignore, ils avaient jeté du sucre glace un peu partout», précise-t-il. Le patron du restaurant a finalement laissé se poursuivre la soirée. Mais elle a tourné au vinaigre, quelques heures plus tard.

Quelques dégâts

«J’avais dit à l’organisateur que la musique devait cesser à 1h. Mais à 1h15, j’ai dû aller lui répéter. Cela n’a servi à rien. À 2h, j’ai donc décidé d’allumer les lumières et de voir le DJ pour qu’il arrête le son». Hervé Brouty se serait alors fait «copieusement insulter par une femme, puis tout est allé très vite, une autre personne a renversé une console, et une bagarre a éclaté entre des clients de la soirée privée et les membres de mon personnel qui tentaient de protéger l’établissement».

La situation étant hors de contrôle, le propriétaire des lieux a alors appelé la police, «qui est intervenue très vite». Tant bien que mal, la tension est retombée. «Malheureusement, ce sont deux de mes employés qui ont été embarqués par la police, dont une femme touchée au niveau de la mâchoire. Pour le reste, il me semble que la police n’a relevé que les noms», regrette Hervé Brouty. Au niveau des dégâts dans l’établissement, «une console, des chaises, des pots de fleurs et des verres cassés, ainsi que des rideaux déchirés». Les deux employés sont sortis de garde à vue dimanche matin et devraient recevoir chacun un procès-verbal. Le propriétaire va porter plainte en début de semaine.

(Philippe Di Filippo/L'essentiel)

Ton opinion