Crise en Côte d'Ivoire – Deux ténors français pour défendre Gbagbo

Publié

Crise en Côte d'IvoireDeux ténors français pour défendre Gbagbo

L'ancien ministre Roland Dumas et Jacques Vergès se sont rendus en Côte d'Ivoire porur prendre la défense et soutenir Laurent Gbagbo, chef d'État ivoirien contesté.

Roland Dumas et Jacques Vergès ont été reçus par Laurent Gbagbo au palais présidentiel. (AP)

Roland Dumas et Jacques Vergès ont été reçus par Laurent Gbagbo au palais présidentiel. (AP)

Arrivés à Abidjan un peu plus d'un mois après l'éclatement de la crise née de la présidentielle du 28 novembre, l'ex-ministre socialiste des Affaires étrangères et le sulfureux ténor du barreau ont été reçus pendant environ une heure et demie par M. Gbagbo au palais présidentiel.

À la sortie, Jacques Vergès, 85 ans, connu pour avoir défendu l'auteur d'attentats vénézuélien Carlos ou le dictateur serbe Slobodan Milosevic, a défendu l'homme fort d'Abidjan. M. Gbagbo «est devenu un symbole» car il «représente une Afrique nouvelle, une Afrique qui ne s'incline pas», «et c'est ça qui est intolérable pour les dirigeants français», a-t-il lancé devant la presse.

Défendre les autorités en place

Roland Dumas, 88 ans, a expliqué que les deux avocats allaient «s'occuper» de la crise post-électorale. «Nous allons faire un Livre blanc et puis nous allons prendre la défense des autorités en place». «Plus nous avançons, (...) plus nous savons qu'il y a eu des fraudes au deuxième tour des élections», a-t-il souligné.

Selon l'ancien ministre, reprenant le discours du camp Gbagbo, elles sont survenues «dans des secteurs contrôlés» par Alassane Ouattara. Reconnu président sur le plan international, il n'a pas en main les leviers du pouvoir et est retranché dans un hôtel d'Abidjan.

Gbagbo isolé

Une grande partie de la communauté internationale, notamment l'ex- puissance coloniale française, appelle Laurent Gbagbo, proclamé élu par le Conseil constitutionnel, à céder la présidence à son rival, déclaré vainqueur par la commission électorale. La crise post-électorale a été marquée par de graves violences, qui ont fait 179 morts depuis la mi-décembre selon l'ONU.

En fin de journée, les deux avocats se sont rendus à l'hôpital militaire d'Abidjan auprès des blessés. Bandages, bras dans le plâtre: ces jeunes gens ont été présentés comme des victimes d'une patrouille de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) lors d'un incident mercredi dans le quartier populaire d'Abobo (nord).

L'essentiel Online/AFP

Ton opinion